Partager

Eclairer les raisons fondamentales de son existence, de ses activités et de la 13ème résolution de sa 19ème session portant sur l’octroi d’un mandat spécifique au président du Conseil d’administration ou à son représentant. C’est à cette tâche que l’Union des Sociétés Coopératives de Construction Immobilières du Mali (UCOOCIMA-BTP) s’est attelée, hier lundi 11 décembre, lors de la conférence de presse tenue dans les locaux de la mairie de la commune III.

Pour comprendre le processus qui a abouti au point de presse d’hier lundi, un rappel des faits s’impose.
En effet, le 15 novembre dernier, s’est tenue dans la salle de réunion de la mairie de la commune III l’assemblée générale extraordinaire de l’UCOOCIMA-BTP sous la présidence de Moussa Koné, le président du Conseil d’administration.

A l’ordre du jour figurait, entre autres, le compte rendu de la réunion du 25 octobre 2006 relative à la désignation de MAT-BUT Holding SA comme entreprise BTP devant construire les maisons sociales de la « Cité Bouvier« , le choix entre une forme collégiale ou individuelle pour l’aménagement et le lotissement de la parcelle de 87 hectares de Gouana 2, objet du titre foncier n°20968 de Kati.

Des résolutions issues de cette rencontre, on peut retenir la désignation de l’entreprise MAT-BUT Holding SA, la forme du lotissement collégiale des 87 hectares.

Ce même jour et au même lieu, l’UCOOCIMA-BTP recevait un mandat spécifique d’une vingtaine de sociétés coopératives d’habitats et immobilières bénéficiaires des parcelles sur les 87 hectares « d’entreprendre en lieu et place des représentants toutes démarches administratives pour la gestion collégiale immobilière d’une superficie de parcelles des 87 hectares auprès des domaines de l’Etat du Mali ou tout autres interventions dans la conception et la réalisation des maisons sociales« .

Pour le président du Conseil d’administration, Moussa Koné, « cette assemblée marquait l’aboutissement d’un long processus engagé pour obtenir l’épanouissement souhaité par les adhérents sur la bonne marche des sociétés et coopératives régies par la loi n°01-076 du 18 juillet 2001 abrogeant la précédente loi n°88-62/AN-RM du 19 juin 1988 régissant le mouvement coopératif en République du Mali« .

Depuis quelques années, le Mali s’est engagé dans des actions de développement de la solidarité comme les logements sociaux. C’est aussi dans ce cadre que des réflexions ont abouti à la relecture des textes régissant les sociétés coopératives afin de corriger certaines dispositions qui entravent l’épanouissement des organisations de la société civile spécifiquement les sociétés coopératives en générale et singulièrement les coopératives immobilières à vocation BTP. Et la promotion du logement et des maisons sociales au Mali est et demeure, à en croire Moussa Koné, « la raison d’être de l’UCOOCIMA-BT qui est engagé aux côtés des plus hautes autorités du pays« .

Aussi, un nouveau cadre juridique de référence de la promotion et du développement des sociétés coopératives impose-t-il de limiter le rôle de l’Etat à ses missions régaliennes qui sont l’orientation, l’agrément, l’arbitrage et le contrôle.
Un rôle que, aux dires de M. Koné, « l’Etat joue bien à travers plusieurs actes comme l’information, la sensibilisation et la formation au cours des séminaires destinés au renforcement des capacités techniques des cadres et responsables de sociétés coopératives« .

Intervenant, à son tour, Mme Coulibaly Hawa Kouyaté de la direction nationale de l’urbanisme a félicité l’Union pour cette initiative qui « amoindrit le coût du travail technique« .
Quant à Modibo Dianka de l’Office Malien de l’Habitat, il a souligné que « la promotion des sociétés coopératives est à la Une des actions du ministère« .

Les questions des journalistes ont surtout porté sur la gestion des 87 hectares, le coût de viabilisation et les conditions d’accès aux logements sociaux.
Répondant à la première question, Moussa Koné a expliqué que la gestion des parcelles sera assistée par l’Office Malien de l’Habitat. « Le coût de la viabilisation ne peut pas encore être donné, car le processus est long et comporte plusieurs étapes » a pour sa part souligné la technicienne, Mme Coulibaly Hawa Kouyaté.

Le président du Conseil d’Administration de l’UCOOCIMA-BTP terminera en assurant tous les invités que l’adhésion à l’Union est conditionnée au versement des frais et à la participation totale aux différentes activités. En d’autres termes, les logements sociaux de Gouana sont accessibles à tous.

Paul MBEN

12 décembre 2006.