Partager

S’il est un sujet qui préoccupe aujourd’hui le commun des Maliens, c’est le problème de logement et la hausse des prix. Dans tous les cas, il a donné naissance à une profession « coxeur » qui a pignon sur rue.
Aujourd’hui, trouver une maison à louer à Bamako relève du parcours du combattant. Pour aider les gens à en avoir, certaines personnes en ont fait leur métier.

Chercher des locaux pour les demandeurs est devenu un véritable métier et un marché juteux pour les propriétaires, les agences immobilières et les « coxeurs ». Une course acharnée est engagée entre « coxeurs » et agences immobilières de la place. Certains propriétaires confient leurs maisons aux agences immobilières trouvant cela plus fiable et d’autres les confient directement à des « coxeurs ». Ce qui n’est pas toujours sans problème.

Généralement, ce sont les promoteurs d’agences immobilières qui sont chargés de la gestion des contrats entre locataires et propriétaires dans les quartiers. Mais, à côté des agences immobilières, des « coxeurs » sont de véritables spécialistes du milieu.

Ces derniers, pour leur simple déplacement, exigent une somme de 2000 à 2500 F CFA, selon les quartiers de prédilection du demandeur. Une fois satisfait, celui-ci leur accorde une prime de 5000 F CFA.
Toutefois, les maisons deviennent de plus en plus chères et difficiles à trouver, ce qui fait de ce travail informel un véritable filon d’or qui nourrit son homme.

Selon un « coxeur » de Kalabancoura, il est difficile, voire impossible de trouver aujourd’hui une maison en dessous de 15 000 F CFA. « Nous faisons le tour des quartiers pour savoir s’il y a des maisons disponibles. Le métier de coxeur n’est pas aussi facile, car il exige une grande connaissance des quartiers ».

Cette problématique de la maison à louer donne des cheveux blancs à bon nombre de chefs de famille. Outre des difficultés d’avoir la maison, le coût des chambres à louer augmente du jour au lendemain.

Pour une simple chambre/salon, il faut en moyenne débourser 20 000 F CFA par mois. L’option chambre/salon/magasin coûte au minimum 30 000 F CFA. Les prix de deux chambres, salon, plus magasin, varient entre 40 000 et 45 000 F CFA. Au-delà de cette option, il faut compter 50 000 F CFA. Ces prix sont différents de celui des villas qui vont de 150 000 à plusieurs millions de F CFA par mois selon le standing.

Dans le difficile accès au logement, il faut dire que ce sont les « coxeurs » et les agences immobilières qui en tirent profit.

Anne-Marie Kéita

05 Mai 2010.