Partager

L’ivoirienne Mélaine Prisca Koffi, « Pris’K» : rappeuse, comédienne et animatrice

Depuis combien de temps vivez-vous au Mali et pourquoi le choix de ce pays ?

Je vis au Mali depuis le 11 mars 2011. Je dirais que je n’ai pas vraiment choisi le Mali. C’était certainement écrit que je devais y vivre puisqu’ a la base, je suis venue ici pour 10 jours et pendant mon séjour la situation s’est aggravée en Côte d Ivoire. J’ai donc été contrainte de rester ici le temps que les choses rentrent dans l’ordre.

C’est ainsi que Zongo est arrivé et puis l’aventure du JTZ a commencé ainsi que « Mini-star » [sur Africable]. Les autres émissions ont suivi…

Pourrions-nous connaître votre âge ?

jpg_prisk-face.jpgJ’ai 29 ans. Je suis née le 09 Février 1984 (rire). Je suis sûre que bon nombre de personnes seront étonnées, parce qu’en général, on me donne beaucoup moins que ça.

Vous aimez désigner vos albums par le terme « bébé », alors le prochain est-il déjà « en gestation» et si oui à quand son baptême?

Mon prochain album est en gestation bien sûr, parce qu’un artiste est la plupart du temps en train d’écrire de nouvelles chansons, mais je ne saurais vous dire quand il sera sur le marché…

Qu’avez-vous ressentie lorsque vous avez écouté la chanson « réconciliation », duo entre deux mentors du reggae africain (Alpha Blondy et Tiken Jah Facoly) ? Pour rappel, vous avez été acculée par certains médias à une époque qui vous soupçonnaient d’être la pomme de discorde entre les deux chanteurs…

Je me suis dit « enfin » ! J’étais contente tout simplement car j’ai toujours trouvé dommage la guéguerre entre eux, parce que tous deux sont des symboles africains.

Vous êtes membre des collectifs AURA (Artistes Unis pour la Rap
Africain) et du Gbonhi yoyoyo (collectif de rappeurs et de toasters Ivoiriens). Ces collectifs préparent-ils toujours des événements ou ont-ils disparu de la scène musicale ?

En ce moment, ni le Gbonhi ni Aura ne prépare quelque chose. Il n’empêche que ce sont des collectifs. On est toujours en contact et on fera certainement des choses dans l’avenir.

Vous défendez beaucoup la cause féminine dans vos chansons en dénonçant des maux dont sont victimes les femmes, notamment l’excision et la stérilité. Quels sont les autres thèmes que vous abordez ?

Au delà de la cause de la femme que je défends dans mes chansons, je parle de tout ce qui me touche : l’amour, la réconciliation, la joie, l’unité, …

Si par un fait du hasard, vous rencontrez un grand manager qui souhaite donner un coup de pouce à votre carrière en vous proposant l’alternative suivante : soit participer à une comédie musicale à Brodway, soit réaliser un featuring avec une star mondiale du Hip Hop.
Quel serait votre choix ?

Mon choix serait de faire un featuring avec Jay Z, la plus grosse star du rap dans le monde !

jpg_pris_k.jpgDe toutes vos chansons (de vos albums, de vos featuring), quelle est votre préférée ?

Je ne peux pas vous dire laquelle de mes chansons me reflète le mieux.
Je dirai que mon album, c’est moi et que chacune de mes chansons dévoile un aspect de ma personnalité.

Quand vous n’êtes ni sur scène ni en studio, que faites-vous de votre temps libre ?

Quand je ne suis ni sur scène ni au studio, je suis à la maison devant la télé, à la cuisine ou en train d’écouter de la musique. En fait, je suis très casanière.

Pourriez-vous adopter un style musical autre que le hip pop?

C’est vrai que j’ai commencé dans le rap, mais aujourd’hui, je me considère tout simplement comme une artiste, vu que je fais une musique très variée : Soul, Rnb, World accoustic …

Comment parvenez vous à allier tous ces talents : rappeuse, comédienne dans le « Jtz » avec Zongo, animatrice de « Mini –Star » d’Africable ou présentatrice du « Pti’t Déj » sur Maisha TV?

Je crois que j’ai eu une grande chance, celle de pratiquer la musique, ce qui m a permis d’être sous le feu des projecteurs depuis toute petite et a fait de moi une habituée de la caméra. Aussi, il faut noter que je suis très extravertie, donc je me sens à l’aise dans les métiers en rapport avec le public. C’est ce qui me permet d’être à la fois chanteuse, animatrice et comédienne, mais avant tout, je suis une passionnée !

Votre pays d’origine aussi bien que votre pays d’accueil, la CI et le Mali, ont tous deux traversé une grave crise sociopolitique de laquelle ils tentent de se relever. Estimez-vous que les causes de ces crises renferment une similarité?

Je ne suis pas une spécialiste dans ce domaine. Je pense tout simplement que nos problèmes sont liés à nos dirigeants et que d’un autre côté, nous aussi (la population) avons notre part de responsabilité dans ce qui est arrivé en Côte d’ivoire comme au Mali. Il faut qu’on soit plus exigeant vis-a-vis des personnes à qui nous confions la destiné de nos pays.

Une question taraude beaucoup d’Afrinautes : Pris’k est-elle un cœur à prendre ou est-elle déjà casée ?

Prissk n’est pas un cœur à prendre ! Elle n’est pas mariée mais elle a quelqu’un dans son cœur et dans sa vie.

Réalisé par Aïssata Sanogo

Afribone Mali Sa

01 Août 2013