Partager

Le 27 Mars 2005 est une date qui restera marquée comme étant le Dimanche le plus noir de notre histoire en raison des actes de vandalisme perpétrés et la destruction des immeubles publics et privés.

Après le résultat décevant enregistré sur le gazon du stade du 26 Mars par les Aigles du Mali contre les Eperviers du Togo, ce fut un véritable raz de marée d’une violence rare qui s’est abattu sur Bamako, notre capitale, immédiatement après le match.

Des apatrides se sont mêlés à la foule des supporters mécontents pour commettre des actes lâches et indignes qui ont surpris tous les patriotes : destruction des biens publics et privés, vols, saccages, viols collectifs, destruction des symboles de l’Etat…

Après la condamnation quasi unanime de tout un peuple, nous avons été surpris par la réaction de certaines presses (parlée et écrite) qui ont pointé un doigt accusateur sur l’Islam et les musulmans, comme des pestiférés qui s’abriteraient derrière certains cas de casse comme ceux des chambres de passe, des bars et autres.

C’est d’abord Radio France Internationale (RFI) à travers son représentant à Bamako, Serge Daniel, qui ouvre le bal. Après lui, d’autres emboîtent le pas avec des titres accrocheurs où la sémantique était très riche en expressions chocs visant à incriminer les musulmans comme les auteurs des casses.

Ces quelques extrait d’articles de presse vous édifieront davantage « la montée de l’islamisme au Mali » ou un confrère écrit que « ces groupuscules qui s’apparentent à des islamistes peuvent avoir des ramifications inquiétantes et personne aujourd’hui ne peut dire avec exactitude leur degré d’organisation et leur intention réelle.

Les attaques des bars sont inadmissibles et sont le fait des extrémistes islamiques qui opèrent encore dans l’ombre ». Nous retrouvons sous la plume d’un autre confère un titre accusateur « Violence de l’après match Mali-Togo : l’enquête privilégie la piste islamiste » avec comme support une scène de prière collective des musulmans.

En lisant son introduction, j’ai tressailli tellement le décor et les mots étaient bien choisis pour fustiger notre communauté comme des vandales et des hooligans : « Y aurait il des forces islamistes qui s’activent dans l’ombre à déstabiliser le pouvoir du Général ATT pour instaurer, à la faveur de la peur et du désordre qui s’ensuivraient, une République islamique selon la tradition iranienne ou saoudienne ? »

En tant que musulmans, notre mission serait d’apporter une modeste contribution à l’éclairage d’une certaine compréhension non fondée de ces attaques ciblées qui font de l’Islam une religion à vocation destructrice et à la base de tous les dangers. Malgré la noblesse des valeurs de tolérance en Islam, aujourd’hui la haine et l’animosité intense et multiforme n’ont d’autres parrains que les musulmans après les attentats et les désordres.

Que les détracteurs de la communauté musulmane comprennent que ces accusations infondées n’enlèveront rien à notre détermination de défendre notre religion partout où elle est l’objet de calomnie.

Dieu Tout Puissant a qualifié les musulmans dans le Saint Coran (Sourate Imrane verset 110) : « vous êtes la meilleure communauté suscitée pour les hommes, parce que vous ordonnez le convenable et vous interdisez le mal… ».

En Islam, l’adultère est un mal pour lequel Dieu nous dit de nous éloigner. A cet effet, l’Islam peut il condamner l’adultère et inciter ses adeptes aux viols collectifs comme nous l’avons constaté au cours de ces casses ?

Quelle contradiction! Quel intérêt pour nous de déstabiliser le régime d’un ATT qui a une grande estime et une grande considération pour notre communauté et notre religion ? N’est-ce pas manifestement une ingratitude à son endroit et une gifle donnée aux nombreuses mosquées qu’il a construites ?

Les islamistes étaient-ils aussi derrière le maire du District, qui a procédé à la démolition des maisons de passe à la gare routière de Sogoniko ? Nous vous apprenons que l’ancien Haut Commissaire du District de Bamako le Colonel Ismaël Cissé après la plainte des habitants de Kalaban Coura Sud ACI contre la transformation des maisons d’habitation en bars restaurant et chambres de passe a fermé purement et simplement ces maquis en fermant le « Maquisard « , le « Bar Américain » et « Le Banzani ».

Etions-nous derrière cette décision aussi ?

Nous rassurons le peuple malien et les autorités que ces accusations relèvent de la pure fantaisie et n’ont d’autres objectifs que de détourner l’attention des pouvoirs publics de l’Islam comme d’une religion déstabilisatrice.

Nous dirons haut et fort à ceux qui veulent l’entendre qu’au Mali, nous avons un islam positif et tolérant. Cet Islam n’est le produit d’aucune importation iranienne ou saoudienne dont on pourrait se servir pour influencer le peuple dans un sens négatif.
Pour preuve, la communauté musulmane s’est toujours mobilisée contre toute oeuvre de déstabilisation du Mali.

Pour preuve, nous avons en mémoire notre implication directe dans la résolution des grandes crises qui ont ébranlé notre cher pays, le Mali, comme la crise scolaire, la rébellion dans le septentrion malien, la crise syndicale et autres, etc. Et puis, ce n’est pas la première fois que les bars et chambres de passe ont été des cibles privilégiées.

Nous avons en mémoire le saccage dans le temps d’autres chambres de passe comme Diarra N°2, Fassambougou, chez Badri, Chez Barounafantan, chez Moussokoroba gnouman Diafaranah, chez De Gaule, chez Madou Djan, chez Karamoko Tonsiba.

Tous ces endroits malsains ont été saccagés et l’Islam n’a jamais été incriminé. Les musulmans doivent comprendre que l’objectif de ces déclarations et articles de presse est de prédisposer l’opinion malienne et internationale à accepter ces aberrations comme émanant d’un islam déstabilisateur du régime ATT et à nous amener à vivre dans la peur et dans la psychose permanente.

Cela ne marchera pas, Inch Allah ! Nous ne serons jamais ces vandales prêts à casser les édifices publics et les symboles de la nation. D’ailleurs, le Coran précise, s’agissant de la condamnation de la violence par l’Islam à travers ce verset : « Vous ne viderez plus vos querelles dans le sang, comme à l’ère de l’ignorance ».

Le Coran précise, entre autres, s’agissant du prosélytisme et des conversions forcées : « Nulle contrainte en religion » (Sourate Il verset 256).

Cette attitude pacifique à l’égard des non musulmans est prescrite de nombreuses fois dans le Coran comme par exemple dans Sourate XVI verset 126  » Appelle au sentier de ton Seigneur par la sagesse et la bonne exhortation et discute avec eux de la meilleure façon ». Aussi, le Prophète (PSL) a toujours recommandé à ses missionnaires ceci : « Pratiquez une politique d’accommodement et non d’intransigeance, soyez avenants et non farouches ».

Nous condamnons cette vague de violences qui compromet dangereusement le développement de notre pays et nous exprimons notre compassion et notre solidarité avec toutes les victimes et particulièrement les femmes à travers le saccage du Centre National de Documentation et d’Information sur la Femme et l’Enfant dans la Cour du Centre Awa Kéïta. Nous appelons l’opinion musulmane à se mobiliser contre tout acte de hooliganisme et de vandalisme contre les symboles de la nation.

En Islam, le patriotisme est considéré comme une adoration divine: « Aimer son pays équivaut à un acte de foi ». Devant de telles accusations, le Mali tout entier doit s’inquiéter de la prolifération cancéreuse de ces campagnes anti-islamiques dont le caractère est en contradiction avec ce qui reste encore l’un des éléments forts des valeurs du patrimoine islamique malien, à savoir la tolérance et le respect de l’autre.

AISLAM

4 Avril 2005