Partager

L’investiture symbolique de l’opposant kényan Raila Odinga mardi comme « président du peuple » était « une tentative de renverser » le gouvernement, a soutenu mercredi le ministre de l’Intérieur, accusant de « complicité » plusieurs chaînes de télévision bloquées pour avoir voulu retransmettre l’événement. Devant des milliers de partisans en délire, Raila Odinga, 72 ans, a prêté serment mardi comme « président du peuple », un geste symbolique s’inscrivant dans le cadre d’un mouvement de désobéissance civile lancé après la réélection en 2017 du président Uhuru Kenyatta, que l’opposant refuse de reconnaître. Le député d’opposition et juriste TJ Kajwang, qui a supervisé la cérémonie d’investiture, a été arrêté mercredi par la police au sujet de cet événement organisé dans un parc du centre de Nairobi. « Ce dont nous avons été les témoins au parc Uhuru était une tentative parfaitement orchestrée de renverser le gouvernement légalement constitué de la République du Kenya », a déclaré le ministre Fred Matiang’i dans un communiqué, ajoutant qu’une enquête a été ouverte. M. Matiang’ a soutenu mercredi lors d’une conférence de presse que la police avait agi de la sorte car « des éléments criminels opérant sous la bannière » de la coalition d’opposition Nasa avait prévu de commettre des violences durant l’événement et de « blâmer la police.AFP