Partager

Riz20081.jpg

Ce dernier dispose en effet de trois tracteurs, de plusieurs motoculteurs et motopompes. C’est donc à un entrepreneur ambitieux que le ministre de l’Agriculture est allé rendre visite hier dans son champ.

La campagne est bien partie pour Amara Traoré, malgré que ce dernier ait été contraint de revoir ses projets initiaux. Pour le moment, il a déjà semé 25 hectares et compte faire de même pour cinq autres hectares. Mais au départ, notre homme voyait beaucoup plus grand.

Il avait prévu pour la présente campagne de semer 100 hectares de riz et disposait de la quantité de semences Nerica suffisantes pour ce challenge.

Mais il a perdu une importante partie de cette précieuse denrée pour avoir procédé trop tôt aux semis. Amara Traoré concède d’ailleurs volontiers sa faute. Il avoue avoir péché par précipitation et surtout n’avoir pas respecté les consignes des techniciens agricoles.

« Sur la récolte de l’année dernière, a-t-il expliqué, j’avais conservé 30 sacs de semences Nerica pour l’actuelle campagne. Lorsque les premières pluies sont tombées au mois de mai, j’ai aussitôt semé. Mais les précipitations se sont arrêtées et le riz n’a pas pu germer à cause de la forte chaleur. Plusieurs sacs de semences ont donc été utilisées pour rien.

J’ai attendu le mois de juin pour refaire le semis sur 25 hectares et la pousse des pieds de riz est satisfaisante. Ce qui représente pour moi un vrai soulagement. La direction régionale de l’Agriculture m’a fourni une dotation en semences, je suis donc entrain de labourer cinq autres hectares sur lesquels je ne tarderai pas à semer« .

La présence du ministre a donné l’opportunité au riziculteur de soumettre le problème d’engrais. Il dit avoir attendu ce produit depuis longtemps. « Comme vous pouvez le constater, a-t-il indiqué, le riz a poussé partout, maintenant on n’attend que les engrais.

Il faut ce produit nous parvienne à temps. L’année dernière, j’ai récolté de 4 à 5 tonnes de riz à l’hectare parce qu’on avait épandu à temps la quantité suffisante d’engrais. Il faut en faire de même cette année pour atteindre un rendement équivalent à celui de la campagne dernière« .

« Vous aurez l’engrais subventionné dès le début de la semaine prochaine« , a assuré en réponse le ministre Tiémoko Sangaré. Ce dernier a néanmoins invité le riziculteur à bien suivre les conseils des techniciens agricoles. Et cela pour éviter des désagréments semblable à ceux qu’il a récemment connus.

Le ministre de l’Agriculture a tout particulièrement apprécié les travaux effectués par le producteur de riz et surtout son engouement pour l’Initiative riz. Il a souhaité que l’implication de Amara Traoré soit une qualité partagée par le plus grand nombre possible de producteurs. « Il faut que les uns et les autres comprennent que l’Initiative riz est une opération inédite.

Nous avons rencontré des difficultés, notamment en ce qui concerne l’apprivoisement en semences Nerica. Mais cela ne met absolument pas en cause les objectifs que nous nous sommes fixés« , a expliqué Tiémoko Sangaré. Avant de quitter son hôte, le ministre de l’Agriculture a promis de revenir visiter le champ de celui qui n’a pratiqué d’autre activité dans sa vie que l’agriculture.

M. KÉITA

18 Juillet 2008