Partager

LES RAISONS DE L’INFIDELITE

Beaucoup de jeunes affirment que faire la politique constitue une source de revenus, surtout à l’approche des échéances électorales. C’est ainsi que certains jeunes occupent jusqu’à cinq postes au sein de cinq formations politiques différentes.

En effet, un jeune de la commune VI, sous le couvert de l’anonymat, affirme être avec plusieurs partis politiques: l’Adéma Pasj, le C.S.J. ATT; l’US RDA et l’UDD. Ainsi, pour juguler les différentes rencontres de ces partis, il affirme suivre les réunions des grands partis, au cas où il y a coincidence de réunions et ce, au détriment des petits partis. Ainsi, les partis dont les animateurs ne donnent pas d’argent sont immédiatement rélégués au second plan. Il affirme également que lors des élections générales de 2002, il avait eu la même “stratégie”.

LA SUPERCHERIE

A l’instar de ce jeune, nombreux sont ceux qui s’adonnent à de telles pratiques déloyales; leur objectif étant uniquement de gagner de l’argent et tant pis pour les acteurs politiques qui espèrent y gagner quelques voix. D’ailleurs certains d’entre eux ne votent pas le jour du scrutin. Ils attirent l’attention des leaders politiques afin que ces derniers soient sensibles à leur revendication, à savoir l’argent, puisque c’est cela le nerf de la guerre pour eux.

Certains de ces jeunes s’occupent à aider les gens à identifier les numéros des cartes d’électeurs, ainsi que ceux des bureaux de vote. C’est ainsi que celui qui arrivera à réléver un grand nombre de numéros est largement remunéré. Cette situation crée la confusion lors des élections.

En effet, certains partis politiques qui croient qu’ils ont beaucoup de militants vont être désillusionnés en voyant le nombre de voix qu’ils auront enregistrées à l’issue du vote est bien insuffisant, parce qu’en déçà de leur attente. Alors qu’ils ne possèdent que des militants fictifs.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

22 janv 07