Partager

Le Stade Malien de Bamako sera opposé, le dimanche prochain, à Primeiro de Agosto d’Angola en Ligue des Champions d’Afrique. La rencontre, qui compte pour les préliminaires de la plus prestigieuse des compétitions africaines de clubs : la ligue des champions. Cette année, notre pays n’a qu’un seul représentant à cette compétition.

En effet, jamais un club malien n’a atteint les phases de poules des compétitions inter clubs, depuis que le système a été instauré. Nos deux représentants de cette année, notamment le Djoliba AC en coupe CAF et le Stade Malien en Ligue des Champions, ont la légitime ambition d’accéder en phase de poule pour profiter des retombées, fortement lucratives. La tâche va être cependant très difficile. Les joutes africaines exigent des moyens considérables. Le Djoliba, exempté des préliminaires, entre en compétition au mois de mars prochain.

Les Blancs de Bamako aborde la compétition au moment où ils sont au plus mal. L’équipe entraînée par Cheick Fantamady Diallo vient d’essuyer sa première défaite en championnat face à l’AS Réal de Bamako. Cette dernière ne l’avait pas battu depuis près d’une décennie. Plus que la défaite, c’est la manière de jouer de l’équipe qui donne des inquiétudes. Fortement irrités par le jeu exécrable de leur équipe, des supporters s’en sont pris à certains éléments dont le vieux briscard Boubacar Gueye qu’ils ont copieusement insulté. Il en a résulté une atmosphère particulièrement tendue que déplore et critique l’entraîneur. « Au lieu de soutenir l’équipe dans les moments difficiles, des supporters préfèrent insulter des joueurs qui le ressentent durement. Ce comportement est, pour nous, agaçant surtout s’il est l’œuvre de supporters qui ne jouent pas leur rôle ».

Les supporters stadistes pourront ainsi être un véritable contrepoids pour leur équipe, aux dires de leur entraîneur. Toutefois, Cheick Diallo est convaincu que tant que l’équipe arrive à tourner avec sa vraie valeur, elle sera capable de dominer les débats face à des Angolais, totalement méconnus d’elle : « Le fait de ne pas connaître l’adversaire n’est par nous un handicap. D’ailleurs les moyens du club ne nous permettent pas d’aller superviser nos adversaires, mais nous faisons avec. ».

Pour l’essentiel, nos représentants savent qu’ils ont fort à faire face à un football engagé et physique, obéissant à la culture du football angolais. Il va leur falloir tout de même jouer de prudence face à un adversaire qui est capable de les surprendre. Alors pour Cheick F Diallo : « il faut être prudent en se disant que la qualification se joue sur deux matches. Dimanche, nous tâcherons de marquer au moins un but tout en nous efforçant de ne pas en prendre, car les buts encaissés à domicile en compétitions peuvent coûter chers ».

En terme clair, le Stade malien fera tout pour ne pas encaisser le moindre but à domicile afin de se donner une bonne marge de sécurité avant le match retour.
Cheick Diallo est assuré d’avoir les hommes pour être à la hauteur de l’événement. « L’effectif est celui que moi-même ai choisi en fonction des moyens de l’équipe et j’ai foi en sa capacité» a-t- il confié.

Cette année encore, l’équipe du président Mahamadou Samaké a engagé des expatriés expérimentés et aux mentalités de conquérant, dans le but de se renforcer selon les besoins de la ligue des champions. Deux Burkinabés et un Ivoirien sont du lot. Il s’agit respectivement du portier Rachid Compaoré qui a été engagé pour pallier la suspension pour deux matches du portier Soumbeyla Diakité, de l’avant Moctar Ouédrago qui a montré ses talents de buteur, et du défenseur Benogo Diaby dont la prestation de l’année dernière a motivé son réengagement. Ces trois joueurs capitalisent une somme d’expérience qui peut se révéler lucrative pour une équipe qui a aussi injecté de jeunes joueurs dans le groupe.

A leur contact, les Youssouf Doumbia, Boubacar Sylla et Adama Touré peuvent retrouver la plénitude de leurs moyens. Surtout, de la bonne prestation de Adama Touré et du milieu de terrain qui sera composé, peut dépendre l’issue du match pour les stadistes. Ceux ci pourraient s’investir à gagner la bataille de l’entrejeu afin de pouvoir offrir des balles propres à la paire d’attaque qui serait composée de Bakary Coulibaly et Moctar Ouédrago. Le capitaine Ibrahima Koné mettra son expérience pour commander une défense qui est souvent fébrile.

Souleymane Diallo

14 Février 2008.