Partager

Deux prétendants sont en lice pour la succession du défunt président de la Ligue de Bamako, Mamadou Samba Konaté. Les deux noms qui reviennent sont ceux de Boubacar Monzon Traoré et Kassoum Traoré « Yambox ».

Le premier assure l’intérim. Le second est président du district VI et le vice-président du Club olympique de Bamako (COB).

Boubacar Monzon Traoré, celui que l’on pouvait considérer comme le symbole de la continuité au sein de la ligue-pilote du Mali, est souvent cité comme étant l’auteur principal des multiples scandales qui ont terni l’image du football de la capitale.

Des scandales qui ont lieu sous sa direction. « Ce sont là des faits divers, sinon, j’ai participé à pas mal de décisions par rapport aux litiges ou autres réserves », rétorque l’intéressé que nous avons joint au téléphone.

Boubacar Monzon pourra être lâché par ses alliés traditionnels car il ambitionne de sanctionner 7 membres du bureau qu’il dirigeait selon nos sources pour leur position dans « l’affaire D2 », un litige qui a opposé les responsables des Onze Créateurs et ceux de l’Association sportive de Korofina (Asko) par rapport à la représentation de Bamako dans le tournoi de montée en division d’honneur. Une affaire de verdict complaisant qui fait que Mamadou Samba n’a plus la confiance des clubs de première division.

Fonctionnaire international à la retraite, on retient pourtant de lui son courage et ses initiatives pour avoir été un pilier du Fonds des nations unies pour la population (UNFPA).

Cité parmi ceux qui ambitionnent d’insuffler une nouvelle dynamique au sport-roi dans la capitale, Kassoum Coulibaly, selon ses partisans, est le symbole de la rénovation.

Ancien joueur et actuel vice-président du COB, Yambox est aussi membre du Patronat malien, du Conseil malien des chargeurs, du Conseil présidentiel pour l’investissement et le président d’honneur des centres et écoles de football du Mali. Il est considéré comme une vraie araignée du football malien qui a tissé sa toile dans toutes les sphères.

Une élection reste telle qu’elle est avec ses aléas. Il est à souhaiter que, au sortir de cette assemblée générale, les délégués élisent un candidat qui sortira le football de la capitale du gouffre dans laquelle il se trouve.

Boubacar Diakité Sarr

06 octobre 2006.