Partager

Dans une tribune conjointe à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, et Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco rappellent le rôle et la place de la liberté d’information dans une société moderne.

Le thème retenu pour cette année est « De nouvelles voix : la liberté des médias aide à transformer les sociétés ». Pour Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, et Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, la liberté de la presse « sous-tend toutes les autres libertés et constitue un des fondements de la dignité humaine. Des médias libres, pluralistes et indépendants sont indispensables à l’exercice de cette liberté ».

La liberté des médias implique la liberté d’opinion et le droit de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit, comme indiqué à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Cette liberté est essentielle pour toute société saine et dynamique.

Pour eux, « la liberté des médias est mise à rude épreuve partout dans le monde. L’année dernière, l’Unesco a condamné le meurtre de 62 journalistes tués à cause de leur profession. Ces journalistes ne doivent pas être oubliés et ces crimes ne devraient pas rester impunis. Alors que les médias se tournent vers Internet, de plus en plus de journalistes en ligne, y compris des blogueurs, sont harcelés, attaqués et tués », disent-ils.

« La Journée mondiale de la liberté de la presse nous offre l’occasion d’appeler l’attention sur la lutte en faveur de la liberté des médias. Nous engageons les Etats, les médias professionnels et les organisations non gouvernementales, partout dans le monde, à unir leurs efforts à ceux du système des Nations unies afin de promouvoir la liberté d’expression, y compris en ligne, conformément aux principes reconnus sur le plan international. Il s’agit d’un pilier des droits individuels, d’un des fondements de toute société saine ainsi que d’un facteur de transformation sociale ».

Alexis Kalambry

03 Mai 2012