Partager

Comme à l’accoutumée, les rebelles armés du Mnla et leurs alliés ne cessent de jouer au dilatoire, au chantage et à la provocation. En effet, comme des caméléons, ils ne font que changer de couleurs et de postions à leur guise, histoire de distraire les nouvelles autorités de la République afin de se réorganiser et de se réarmer pour troubler la quiétude de nos populations. Le président IBK, tout en gardant sa main tendue à ces terroristes, doit rester très vigilant.Bamako, le 17 septembre 2013 au palais de Koulouba. Le président de la république du Mali,SEM Ibrahim Boubacar Keita a longuement échangé avec les représentants des différents groupes armés du nord du Mali.

Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK), faut-il le rappeler, a été élu par le peuple malien pour sa rigueur et sa fermeté (homme de poigne) dans la gestion des affaires de l’Etat, notamment dans la résolution de la crise qui continue de secouer le septentrion de notre pays. S’il est vrai qu’avec l’opération Serval, la Minusma et nos forces armées et de sécurité, les irrédentistes rebelles du Mnla et alliés ont été presqu’anéantis, il n’en demeure pas moins vrai qu’ils ont aujourd’hui changé de stratégies en procédant aux kamikazes, aux attaques ciblées, au chantage et autres tactiques nuisibles.

Par conséquent, la vigilance du président de la République doit être de mise, s’il ne veut pas échouer dans la résolution de ce dossier brûlant, comme ses prédécesseurs. Il le sait bien, la chute d’ATT est en grande partie liée à cette patate chaude des jihadistes. Et le président intérimaire y a failli perdre des plumes. A IBK donc de savoir utiliser les méthodes «du bâton et de la carotte».

Pour l’heure, il utilise celle de la «carotte», étant donné qu’à travers son gouvernement dirigé par Oumar Tatam Ly, des efforts importants sont en cours pour permettre à ces groupes armés du Nord du Mali d’abandonner le langage des kalachnikovs pour revenir à la table de négociation en vue d’une résolution définitive et apaisée de la crise. C’est dans cette dynamique, est-il besoin de le rappeler, que s’inscrit une batterie de mesures, notamment celles de confiance, à travers la libération des personnes détenues qui est en cours d’exécution.

D’autres dossiers sont également en cours de traitement, notamment celui des députés qui sont sous le coup d’un mandat d’arrêt national et international. De même, en application de l’article 20 de l’Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix signé à Ouagadougou le 18 juin 2013, le Gouvernement a organisé les 15 et 16 septembre 2013, des fora de sensibilisation dans les trois régions du Nord en se rendant successivement à Tombouctou, à Kidal et à Gao. D’autres missions conduites par les gouverneurs et les préfets ont effectué la même démarche dans le même objectif.

Ajoutons aussi que le 17 septembre 2013, le président de la République avait rencontré les groupes armés (Mnla, Hcua, Maa et Fpr). Lors de cette rencontre, IBK avait fixé le cadre des futures négociations, tout en rappelant le principe suivant : «Tout peut être discuté, sauf l’intégrité territoriale et l’unité nationale».

Le lendemain 18 septembre 2013, le Gouvernement a participé à la réunion du Comité de suivi de l’Accord de Ouagadougou, à l’issue de laquelle il a officiellement remis à la Minusma et à la Croix-Rouge 12 personnes qui ont fait l’objet de mesures de libération.

Par rapport au cantonnement, le Gouvernement a informé la Minusma et les autres partenaires extérieurs qu’il était disposé à prendre en charge une partie du financement de l’opération de cantonnement dès qu’un Accord interviendrait sur les critères. Sans oublier qu’un Programme d’urgence pour la relance du développement dans les régions du Nord a été finalisé le 26 septembre 2013.

En outre, le Plan de développement accéléré des régions du Nord est en cours de préparation. A tout cela, s’ajoute le fait que le Gouvernement prépare activement les Assises nationales du Nord qui se tiendront avant l’expiration des 60 jours prévus pour le démarrage des discussions avec les groupes armés, conformément aux engagements contenus dans l’Accord de Ouagadougou.

Au regard de tout ce qui précède, l’on peut dire sans risque de se tromper que les nouvelles autorités de la République sont dans la logique de la recherche d’une paix définitive dans le septentrion par la voie du dialogue avec les bandits armés. «Ma main reste tendue. Laissons de côté la kalachnikov et venons à ce dialogue.

Je prends à témoin la Communauté internationale, l’offre de paix ira de pair avec une volonté farouche de défendre le Mali, l’honneur du Mali, les soldats du Mali, les populations du Mali, toutes ethnies confondues. Les corps déchiquetés, les maisons effondrées, les mêmes horreurs qui peuplèrent le passé récent, doivent cesser», avertissait IBK lors de sa dernière sortie à la Télévision nationale après les attaques survenues au Nord et la mutinerie de Kati.

Pendant que la main du président IBK reste tendue, les rebelles du Mnla et leurs alliés poursuivent dans leur optique de tapages médiatiques, de calomnies et d’insultes aux valeurs sociétales de notre Nation. En témoigne leur dernière sale trouvaille consistant à rejeter en bloc les dates fixées pour les Etats généraux de la décentralisation (du 21 au 23 octobre 2013) et les Assises nationales du Nord.

De ce fait, la question qui taraude actuellement les esprits est de savoir ce que veulent réellement ces hors-la-loi. Il est temps, grands temps, qu’ils changent d’attitude en acceptant d’aller aux prochaines assises et à la table de négociation.

Surtout que le ministre de la Justice, Garde des Sceaux est en train de s’investir, sur instruction du président de la République, pour que les prisonniers rebelles soient libérés (dans les règles de l’art ?) et pour que les mandats d’arrêts nationaux et internationaux de certains d’entre eux soient levés. Ils doivent donc accepter cette offre de dialogue, qui doit être d’ailleurs la dernière, car «trop, c’est trop». Le cas échéant, IBK devra recourir à la méthode forte : les armes.

Bruno LOMA

23 Octobre 2013