Partager

La nature a horreur du vide, dit-on. La pertinence de l’adage se confirme après chaque opération entreprise par les pouvoirs publics pour libérer le domaine public. Elle s’est encore vérifiée avec l’espace dénommé « Bande des 140 mètres » situé dans le vallon de Sabalibougou en Commune V, juste après l’hôtel Olympe en allant vers l’aéroport. Il y a quelques années, les constructions anarchiques édifiées sur cet espace avaient été démolies. Mais le site resté sans aucun aménagement a fini par attirer des occupants illégaux qu’il a fallu faire déguerpir.

Hier tôt le matin, les techniciens de la Direction du service urbain de la voirie et de l’assainissement (DSUVA) ont lancé l’opération de démolition commanditée par le gouvernorat et la mairie du District de Bamako. Le site était illégalement et anarchiquement occupé par des particuliers. Certaines maisons étaient achevées tandis que d’autres étaient au stade du soubassement. Le site était parsemé de tas de matériaux de construction (briques, sable, gravier, cailloux et paille). Tout a été balayé par les engins déployés par la DSUVA sous les regards impuissants de leurs propriétaires et des badauds et curieux.

Les démolisseurs ont agi sous la protection d’agents des commissariats de police des 4ème et 11ème arrondissements, et d’éléments de la gendarmerie et de la garde.

Dans un communiqué de presse, le gouvernorat du District de Bamako indique que « les autorités du district de Bamako ont procédé ce matin à la démolition des infrastructures érigées tout long de la bande des 140 mètres sise à Sabalibougou en Commune V », expliquant qu’en dépit de nombreuses réunions de sensibilisation et des communiqués diffusés par voie de presse, cette bande conçue pour servir d’espace d’embellissement de Bamako depuis quelques années fait l’objet d’occupation irrégulière de la part des particuliers ne détenant ni titre, ni autorisation de construire ».

Toujours selon le communiqué, ces personnes identifiées au nombre de 280 sont du reste des déguerpis de ladite bande et qui ont été dédommagées et recasées par l’Etat à Kabala.

« Une mission du gouvernorat dépêchée à Kabala pour vérification contradictoire de la situation des parcelles de recasement des déguerpis de la bande des 140 mètres à fait le constat suivant : sur les 280 parcelles identifiées, 131 notifications ont été enlevées, 159 parcelles ont été recensées vides et 86 parcelles partiellement construites ou habitées à la date du 23 avril 2014. Avec la présente démolition, les autorités du district de Bamako n’ont fait qu’appliquer la loi dans sa rigueur », conclut le communiqué.

S. Y. WAGUE

Essor du 15 Mai 2014