Partager

Après 100 jours d’occupation du nord marqués par des actions de solidarité, les responsables du collectif » Cri du cœur » ont animé le 14 juillet à la maison de la presse une conférence. L’objectif était de faire le bilan des opérations menées par l’association depuis sa création jusqu’à maintenant mais aussi de dévoiler leurs perspectives et d’interpeller le gouvernement à agir le plus vite que possible pour la libération des régions du nord.

Suite aux évènements survenus dans le septentrion et qui ont engendré des violences liées aux saccages, aux viols systématiques de jeunes femmes et les pillages, le collectif » Cri du cœur » a vu le jour le 1er avril 2012. C’est un regroupement d’associations soucieuses d’apporter une aide humanitaire d’urgence aux populations des régions du Nord-Mali.

A en croire son président Almahady Cissé, dans sa mission de soulager des vies humaines grâce aux soutiens et contributions, le collectif a eu à mener plusieurs activités depuis sa création jusqu’à maintenant. Parmi celles-ci, nous retenons entre autres l’organisation d’un sit-in à la Tour de l’Afrique en collaboration avec » Actions des Jeunes pour Sauver le Nord-Mali (AJSN) « .

Cette activité qui visait, l’ouverture d’un corridor humanitaire d’urgence pour les régions de Tombouctou, Gao et Kidal, s’est terminée par l’envoi d’un convoi d’urgence pour les régions de Tombouctou et Gao. Ce convoi, précisera Almady Cissé comprenait pour la région de Mopti, du sucre, du lait et des cartons d’ARV, et pour la région de Gao, des lots de matériel médical, des médicaments, des cartons d’aliments nutritionnels pour enfant et des vivres. » Ces dons ont permis le fonctionnement partiel de l’hôpital de Gao qui avait été saccagé et vidé de ses matériels de soin » a-t-il ajouté.

La 2e caravane humanitaire qui s’est étendu du 12 au 21mai transportant des vivres et des médicaments a quitté Bamako le samedi 12 mai 2012 en direction des régions de Mopti, Gao, Tombouctou et Kidal. Outre, les éléments du collectif, cette délégation était composée des délégués du COREN, du Haut Conseil Islamique du Mali et de la Croix Rouge Malienne. Selon le président du collectif, c’est la 3ème caravane humanitaire qui fut la plus longue. Elle s’est déroulée du 9 au 19 juin. » Le collectif Cri de Cœur comme à l’accoutumée a au cours de cette caravane, apporté des vivres, des kits de dignité, du matériel sanitaire et des médicaments aux nécessiteux » a-t-il déclaré.

Les perspectives, c’est-à-dire les actions que le collectif entend mener très prochainement ont été dévoilé lors de la conférence par Tidiane Guindo. Il s’agit notamment de l’initiation d’une opération Ramadan prévue pour ce mois de juillet, de l’organisation d’une caravane itinéraire pendant les mois d’ août et septembre prochains, de la prise en charge des malades et des couches vulnérables en passant par l’élargissement des interventions au niveau des CSCOMS, de l’appui à l’organisation des sessions spéciales pour les élèves des régions occupées, prévu en principe pour le mois d’octobre.

L’opération Tabaski pour les démunis et la préparation de la rentrée scolaire pour les élèves et familles en octobre prochain font également partie des actions que le collectif entend menées.

Toutefois, le président du collectif a déploré que l’élan de solidarité et de générosité en faveur des populations du nord s’estompe de plus en plus. Un autre axe fort du collectif » Cri du cœur » va être le plaidoyer. À l’en croire, ces actions de plaidoyer seront menées non seulement à l’endroit des populations qui sont restées au nord mais aussi pour celles qui se sont déplacées.

Les responsables du collectif » Cri du cœur » ont par ailleurs saisi l’occasion pour interpeller les autorités à agir plus vite pour faire libérer le nord. » Sans vivres, on ne peut pas vivre. Trop c’est trop « .

Ramata S KEITA

19 juillet 2012.