Partager

C’est ce jeudi 11 octobre que le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR), le COREN et les forces vives organisent une grande marche, pour interpeller les autorités de la transition afin de libérer nos régions du Nord.

Par cette marche, le front anti-putsch compte également manifester son soutien au Président de la République par intérim, au Premier ministre, à son gouvernement et à l’armée malienne pour la libération des régions occupées.
L’information a été donnée au cours d’un point de presse que les responsables du FDR ont animé lundi dernier au siège de l’URD. Il s’agit, entre autres, du Premier Vice-président du FDR, Ibrahima N’Diaye, de l’Honorable Coulibaly Kadiatou Samaké et d’Albadia Dicko, Secrétaire général du COREN.

«Nous voulons montrer à la communauté internationale que nous sommes unis et que nous sommes en phase avec la CEDEAO. C’est un droit pour les Maliens de réclamer l’intervention de la CEDEAO au Mali. C’est aussi un droit pour elle d’intervenir au Mali». Voilà en substance ce qu’a déclaré l’Honorable Coulibaly Kadiatou Samaké.

L’Honorable Coulibaly a également indiqué que l’action militaire ne devait plus attendre et que la solution militaire était désormais inévitable. Cependant, l’Honorable Coulibaly a précisé que notre armée, dans son état actuel, a besoin du soutien de la CEDEAO. D’où l’organisation de cette marche, pour interpeller et inviter nos autorités à agir et à prendre les dispositions nécessaires pour libérer nos régions occupées.

Aux dires du Premier Vice-président du FDR, par cette marche, ses responsables veulent montrer que leur combat n’était pas un combat pour des postes. «Nous voulons montrer que nous sommes unis. Notre combat était un combat de légalité. Ceux qui se battaient pour des postes, l’histoire a fini par les découvrir», a-t-il dit.

Youssouf Diallo

Le 22 Septembre du 11 Octobre 2012