Partager

Deux Français ont été relâchés à Niamey après avoir été retenus dimanche par des habitants excédés qui manifestaient contre le renforcement du dispositif de sécurité aux abords d’ambassades étrangères. « Un des deux Français a été libéré hier en fin d’après-midi. Il avait un bras cassé et doit rentrer en France pour des soins », a indiqué à l’AFP une source diplomatique. Le second « a été libéré dans la nuit après des négociations engagées par les autorités qui ont vite pris les choses en main ». Il « a des problèmes au bras et aux côtes et a été admis dans une clinique de Niamey », a précisé cette source. Les deux français circulaient à motos lorsque des manifestants les avaient pris et emmenés. Les habitants en colère avaient conditionné leur libération à celle de manifestants interpellés par les forces de l’ordre. Les affrontements entre les forces de l’ordre et ces jeunes ont fait 37 blessés, dont 26 policiers, selon le gouverneur de Niamey. 16 manifestants ont été interpellés. Des milliers de personnes protestaient contre les impressionnants dispositifs de sécurité mis en place depuis trois mois aux alentours de plusieurs ambassades étrangères, dont celle de France et des Etats-Unis. « Nous sommes très en colère, ces barrières nous empêchent de nous rendre au centre-ville par la voie habituelle. Nos ambulances et corbillards sont obligés de faire de longs détours », a expliqué un habitant à l’AFP. Les protestataires dénoncent également les coûts des transports qui ont « doublé » ainsi que les « tracasseries et contrôles sécuritaires humiliants ». AFP