Partager

Au Nigeria, la police de l’Etat de Kaduna est à pied d’œuvre pour remonter la piste des geôliers qui ont détenu durant des mois le français Francis Collomp. D’après le récit qu’il a livré à ses proches, Francis Collomp avait préparé son évasion en affaiblissant notamment le fil de fer de sa cellule. On a par ailleurs appris qu’il avait enfermé ses geôliers après être sorti de la pièce où il était détenu, dans la ville de Zaria, où les terroristes d’Ansaru ont déjà sévi. Après avoir faussé compagnie à ses geôliers, Francis Collomp a parcouru 4 km à pied avant de héler une moto taxi qui l’a conduit au poste de police le plus proche, a indiqué Oulefemi Adenaike, commissaire de police de l’Etat de Kaduna. Les habitants de Zaria, une ville universitaire paisible, ont été surpris d’apprendre qu’un Français y avait été détenu durant deux mois, mais ils savaient que des membres d’Ansaru fréquentaient la zone. En mars 2012, la police nigériane avait mené un raid visant un groupe soupçonné d’avoir organisé le rapt de travailleurs étrangers, dont un ressortissant britannique et un Italien. Deux jours plus tard, les otages étaient exécutés à Sokoto, à 400 km au nord-ouest de Zaria. L’un des chefs d’Ansaru, Abou Mohamed, avait été fait prisonnier, avant de succomber aux blessures subies lors du raid, dans un quartier huppé à l’extérieur de la ville. Francis Collomb aurait lui été détenu dans le secteur de Dan Magagi, proche de la vieille ville, qui accueille l’une des plus anciennes mosquées du pays et plusieurs écoles coraniques. RFI