Partager

L’hôpital Gabriel Touré, de part sa position géographique, en plein centre ville, est très fréquenté.

Aussi, dans le souci d’offrir des soins de qualité et de donner satisfaction aux usagers, différents efforts et initiatives ont été accomplis dans ce sens, a expliqué le Dr Youssouf Konaté, directeur général Adjoint de l’hôpital.

Toilettes de l’hôpital ont été entièrement rénovées, et travaux de dallage des caniveaux entourant l’établissement sont en cours.

Tous les jours, aux environs de 17 heures, plusieurs équipes de nettoyage nettoient les différents services de soins.

Malheureusement, l’hôpital Gabriel Touré ne dispose pas d’incinérateur.
Ainsi, au niveau des blocs opératoires, le tri des déchets biomédicaux est fait par les agents.

Toutes les pièces opératoires comme le sang et les organes sont recueillies dans des sachets plastiques, acheminés vers l’hôpital du Point G où un incinérateur existe.

Egalement, un particulier est chargé de dératiser et désinsectiser les lieux tous les trois mois, a indiqué Mr Konaté.
Quant à la mairie du district, elle assure le transport des déchets vers les dépôts d’ordure.

Gare aux intrus qui osent rester dans l’enceinte de l’hôpital en dehors des heures de visite ! La surveillante de l’établissement, accompagnée d’agents de sécurité veille à les débusquer.

Ainsi, pour cela, il faut distinguer les parents admis au chevet de leurs malades et les visiteurs non autorisés.

Lors du dernier conseil d’administration, l’instauration cette année, d’une carte d’accompagnement coûtant 1.000 Fcfa a eu lieu. Une seule carte d’accompagnement par malade est délivrée.

Auparavant, cette carte était gratuite. Cette nouvelle mesure, provoque l’ire de nombre de visiteurs, qui estiment avoir le droit d’accéder à tout moment à leurs malades, et souvent des situations conflictuelles sont créées à cause de cela.

Accompagnants des malades du service de réanimation sont regroupés sous un hangar métallique, car aucun élément étranger n’est toléré dans ce service.

L’Agence malienne de radio protection (AMARAP), est chargée de mesurer la radioactivité ambiante sur le personnel travaillant dans le service de radiographie ou d’imagerie médicale de l’hôpital Gabriel Touré.

Afin de susciter l’adhésion des usagers dans l’accompagnement de l’hôpital dans le processus d’amélioration du cadre de séjour des malades hospitalisés, un sketch passe sur les antennes de l’ORTM.

14 mars 2006.