Partager

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, tous les gosses de riches ne sont pas isolants. Fatou fait partie de ce lot. A 19 ans, elle est détentrice d’une licence en communication. Digne fille d’un riche homme d’affaires malien, Fatou a tout pour réussir sa vie à moindre effort. Mais la jeune demoiselle n’aime pas la facilité avec laquelle la notoriété de son père pourrait la propulser et l’offrir des portes. D’où son choix de voler par ses propres ailes. A son grand désarroi, cette aventure s’avère ambiguë…

Fatou vient de décrocher un stage dans une entreprise spécialisée dans la vente d’espace publicitaire (panneaux). Très enthousiasmée par ce nouveau poste, la jeune dame est prête à donner le meilleur d’elle-même. Toujours habillée par des vêtements simples, Fatou préfère conduire sa petite moto pour se rendre à son boulot.

Cependant, son nouvel employeur Monsieur Cissé est une personne mesquine et hautaine. Il est le genre de patron qui est impressionné par « C’est le fils d’un tel… » quand il s’agit du traitement de ses employés. Car selon lui, « Lorsque tu emploies le fils ou la fille d’une personne haut placée du pays, ceci t’ouvre des portes dans le monde des affaires. »

Fatou ayant préféré taire ses origines est donc naturellement restée l’employé la moins bien traitée de la boîte. Malgré tous ses efforts et son désir de donner un nouvel élan à la boîte, son patron Monsieur Cissé est resté perplexe  face à sa personnalité.

Jusqu’au jour où le Client le plus convoité par son entreprise décide enfin de leur faire confiance.  Ce dernier passe au bureau pour la signature des documents. Et surprise ! C’était le père de Fatou !  il l’a reconnu dès qu’il a franchi le seuil de la boîte. Ces quelques mots ont surpris tout le monde : « -Papa !!? -Fatou !!? Mais qu’est ce tu fais ici ? -Mais je travaille ici ! Sous les yeux écarquillés de Monsieur Cissé qui s’est précipité de déposer le contrat sur la table en demandant au père de Fatou de poser vite sa signature.

Soumba Diabaté

@Afribone