Partager


Dans la matinée du jeudi 22 février dernier, aux environs de 10 heures, le marché de Daoudabougou a été secoué par l’explosion d’une grenade offensive. Cet accident malheureux a causé la mort de deux jeunes gens et fait quatre blessés graves.

C’est aux environs de 10 heures 30 minutes que les usagers du marché de Daoudabougou ont été secoués par une vive explosion d’une grenade offensive.

La question qui revenait sur toutes les lèvres était de savoir comment cet engin de la mort s’est retrouvé dans un marché.

En effet, cet accident pas comme les autres est la conséquence directe de l’imprudence beaucoup plus que de l’ignorance de Tangara, un jeune homme qui se débrouille dans la récupération et la vente de la ferraille. Pour accomplir ce dur travail, il parcourt la ville et passe la plupart de son temps à visiter les dépôts d’ordures, à la recherche de tout ce qui est récupérable.

C’est ainsi qu’il est tombé par hasard sur un objet dont il ne connaissait pas la nature et croyait en tirer le maximum de métal. Ce qu’il ne savait pas, c’est que l’engin qu’il tenait entre ses mains n’était autre qu’une grenade offensive.

Arrivé à son atelier, situé en plein cœur du marché de Daoudabougou, il fit le tri de tous les objets récupérés. Il s’assit sur une vieille caisse, prit la grenade et s’arma d’un gros marteau. Il donna donc plusieurs coups de marteau à l’étrange objet qu’il tentait de briser sous le regard des badauds.

Soudain, une puissante explosion secoua tout le marché. La déflagration emporta la main du pauvre Tangara et éventra son voisin. Le premier fut assommé sur le champ et le second rendit l’âme à l’hôpital Gabriel Touré.

Quatre écoliers qui se trouvaient là au moment de l’explosion furent grièvement blessés par les éclats de la grenade.

Il s’agit de Madi Magassa, 10 ans, Baba Boré 10 ans, Sidi Sango 10 ans et Daouda Sango 13 ans. Ils furent immédiatement évacués par les soins de la brigade des sapeurs pompiers de Sogoninko à l’hôpital Gabriel Touré.

Le commissariat du 4e arrondissement a aussitôt ouvert une enquête pour déterminer les causes de cet accident mortel.

Pierre Fo’o Medjo

28 février 2007.