Partager

– «Je ne suis pas responsable des pluies meurtrières du 28 août 2013»

Je commencerai par rendre grâce à Dieu comme je le fais tous les jours pour m’avoir permis d’exercer 10 ans de gouvernance locale et aidé à relever beaucoup de défis dans ma commune.

jpg_une-2768.jpgExcellence, je vous réitère mes remerciements et ma reconnaissance pour votre intervention personnelle auprès de vos militants en commune I qui m’a permis de renouveler mon mandat en 2009 à la tête du conseil communal de la commune I.

Aujourd’hui, vous me considérez comme une ennemie ? Non ! Détrompez-vous !

Mais, ce qui est sûr, votre façon de faire ne me sied guère, et je puis vous assurer que le peuple malien attend mieux de vous.

Dès le départ, j’avais initié une lettre ouverte à votre endroit pour attirer votre attention sur un certain nombre de faits et vous faire des suggestions mais je me suis vite ravisée.

Aujourd’hui, ma conviction profonde, mon engagement citoyen constant durant mes dix années d’expérience de “pouvoir local” me commandent de ne plus me taire et m’obligent à vous adresser la présente.

Excellence, votre fonction, vous en conviendrez avec moi, est la plus haute fonction confiée par Dieu aux humains ici-bas. Je voudrais espérer que vous puissiez mesurer toute sa hauteur et acceptiez surtout le minimum de retenue et de sacrifices qui vont avec ces honneurs.

Excellence, cher ancien camarade, je dois vous dire que vous commencez très mal votre gouvernance et n’avez pas encore trouvé toutes les bonnes ressources humaines.

Je voudrais que vous puissiez comprendre que les dégâts humains (28 morts) et matériels (plus de 600 concessions en banco tombées) ont certes été immenses. Mais, les raisons essentielles sont et demeurent la quantité de pluies tombées (près de 90 mm) surtout en amont sur les collines (14 cadavres drainés depuis les collines de Djalakorodji), l’état d’ensablement et d’insalubrité notoire des collecteurs naturels dont la responsabilité incombe entièrement à l’Etat. Ces marigots dont les aménagements ont été demandés par la mairie depuis 1998 ne sont pas curés depuis plusieurs années.

Pourquoi toute cette agitation à «Koulouba qui tire les ficelles» ?

Pourquoi vouloir confondre absolument les causes et les conséquences des inondations du 28 août 2013 ? A qui la faute ? On aurait été dans un véritable Etat de droit et j’aurais pu moi-même déposer une plainte contre X ! Mais cela aurait été peine perdue dans notre contexte où justement les « petites canailles et les vagabonds » manipulés contre les citoyens honnêtes et les autorités locales bénéficient de plus d’égards.

Excellence, que la responsabilité de Madame le maire et du conseil communal soit prouvée : que Madame Konté puisse mériter la pendaison ; mais le minimum de transparence exigeait qu’on nous communique le rapport d’enquêtes qui nous semble même en porte-à-faux avec la restitution verbale que les enquêteurs nous ont faite à la fin de leur mission.

Pour quelle fin organiser » un atelier d’information des journalistes » pour leur communiquer entre autres » des informations exactes sur les actes irréguliers commis par les citoyens et les autorités ? Des sanctions idoines à prendre à leur encontre » ?

Excellence Monsieur le président, une des actrices du mouvement démocratique, pendant 10 ans, j’ai encaissé et j’ai appris à m’accommoder des contradictions, des pires calomnies, des insultes et coups bas dignes de » vulgaires politiciens « .

Combien de fois on a tenté de m’affaiblir pour réduire une influence supposée ou détruire mon parti ?

Aujourd’hui, Excellence, à la fin d’une mission très bien accomplie à la tête de la mairie de la commune I, j’accepterai très difficilement d’être le souffre-douleur de qui que ce soit. Sans couronne et sans médaille, toute chose que je méritais, je veux terminer mon mandat, je veux dire mon sacerdoce dans l’honneur et la dignité.

Excellence, je ne suis pas responsable des » pluies meurtrières » du 28 août 2013. Les meurtriers sont connus de tous au Mali et dans le monde entier. Il y a 15 ans, je vous demandai de vous méfier de ceux qui ont » investi leur avenir dans IBK président «

Aujourd’hui, plus que jamais je suis convaincue que la stabilité du Mali n’est pas la priorité de tous vos » amis « .

Je compte sur vous pour leur faire savoir et comprendre que je ne suis pas le » meilleur chien indiqué à abattre « .

Que Dieu sauve le Mali Amen !

Mme Konté Fatoumata Doumbia

A suivre

Source: L’indépendant du