Partager

Un célèbre écrivain ne nous enseigne-t-il pas que devant l’inévitable nul ne peut poser acte ; le secret c’est d’y faire face en attendant que cela passe – l’avantage de l’inévitable est qu’il est toujours passager. Ce qui, par contre, est durable et définitif c’est bien les leçons que nous enseigne l’inévitable. Notre pays, le Mali fait-il donc face à son destin ? Sommes nous en face de l’inévitable? Ou est-ce plutôt l’histoire qui ne fait que se répéter comme on nous l’a toujours enseigné ? Ou est-ce que c’est la main divine qui offre au Général Moussa Traoré une opportunité de revanche ?

L’équipe Dioncounda Traoré / Cheick Modibo Diarra sera-t-elle une destinée déjà tracée, un acte inévitable, un retour décidé de l’équipe des Généraux : Moussa Traoré / Baba Diarra ? Devant l’inévitable, le Mali saura t-il tirer les leçons nécessaires ? En tout cas, on espère fort que oui!

Ayant décidé d’agir et de ne plus jamais rester une citoyenne passive, diminuée en simple spectatrice, laissant son destin aux mains d’autrui, ces quelques lignes sont destinées à qui de droit:

1. A notre cher Président par intérim, le Professeur Dioncounda Traoré, toutes mes félicitations et remerciements pour avoir accepté de venir en aide à notre patrie. Vous n’étiez certes pas mon choix. Mais par respect pour nos institutions étatiques et par sagesse nous devons tous nous aligner derrière la décision prise. Le pays a plus que jamais besoin de sagesse et d’expérience et, vu votre parcours, vous devez être en mesure de nous amener ces deux qualités. En bon mathématicien, je vous exhorte à démontrer au monde entier et cela le plus tôt possible la preuve de l’équation suivante :

1+ 0 = 1 (le Mali est 1 et Indivisible et l’Azawad est 0).

2. A Son Excellence, le Dr. Cheick Modibo Diarra, certes, vous avez de l’expérience avec les données mystérieuses de l’espace. Mais, sachez que le Mali demeure l’empire des plus grands mystères. Deux choses pour vous : attention ! pas de ‘soudou baba’ à la Ségovienne ! ou à la Traoré/Diarra ! Deuxième conseil :  » Gardez la tête sur les épaules et restez toujours près du peuple  » Sachez prendre les bons conseils auprès de vos proches, mais rassurez-vous toujours de leur conséquence par rapport au peuple malien !

L’histoire de notre pays, ne nous a-t-elle pas déjà beaucoup enseigné sur les effets néfastes de l’entourage de nos gouvernants ?

3. A l’Assemblé Nationale du Mali : Yéré Wolo Kéné n’a peut être pas totalement tord ! Vous devez vite corriger vos erreurs. Ne dit-on pas que :  » commettre une erreur n’est pas grave, mais y persister l’est !  » Donc de grâce, pensez au peuple qui vous a élu. Votre légèreté ou inertie a déjà beaucoup couté au pays. Nous sommes obligés d’attaquer d’abord la priorité avec la reconquête du Nord, tâchez donc de bien en profiter pour  » nettoyer vos actes « .

4. Au Capitaine, Amadou Aya Sanogo et les membres du CNRDRE, nous ne dirons pas merci pour le coup d’Etat, mais prenons acte de votre bravoure. Devant un système gangrené avec tous les malaises qui en résultent, vous avez été suffisamment courageux et osé y apporter une solution.

La solution est-elle bonne ou pas ? Là n’est pas la question, mais plutôt saurions-nous en tirer la bonne leçon et les bonnes conséquences ? Le proverbe : « jamais deux sans trois » est en votre faveur, tâchez donc d’en donner la preuve ! Aussi,  » AW YE TO AW DO KO KÔNÔ! » C’est l’armée votre vocation !

5. Aux Chefs religieux, nous disons simplement merci ! Une reconnaissance sans pareille pour avoir su jouer votre rôle. Seulement, restez derrière vos bénédictions et vos prières. Soyez les premiers témoins de vos prêches et sermons. Pas besoin de répondre aux diffamations et médisances. Dieu est l’ultime juge ! le Plus miséricordieux des miséricordieux, et il saura récompenser le pays de vos prières et bénédictions, Inch Allah !

6. A la vieille classe politique malienne : pas une question d’ingratitude, mais nous sommes maintenant tous conscients de vos limites ! L’heure du recyclage a sonné. Vous n’êtes plus en phase avec les besoins et réalités de votre peuple. Tout ce que vous pourrez donc faire devant cette situation inévitable et sans précédent sera de vous convertir en bons conseillers afin que l’on puisse tirer profit de vos expériences aussi bonnes que mauvaises. Une chose est sûre, et vite vous l’accepterez, vite et mieux nous nous porterons: plus jamais nous ne vous confierons notre avenir et devenir. Vos enfants ont grandi !

Avec tout le respect dû aux ainés, ils vous demandent donc de leur céder la place et de simplement les accompagner dans leur devoir. Le Mali d’aujourd’hui c’est le notre, celui de nos enfants et le Mali de demain c’est celui des enfants de vos enfants ! Donc à tout point de vue, c’est notre heure. Nous avons la lourde responsabilité de reconstruire notre pays, et nous comptons à partir d’aujourd’hui pleinement jouer ce rôle. On espère fort que cela sera aussi avec vos bénédictions !

7. En dernière position, mais pas le moindre, le message pour le citoyen lamda: pour citer une concitoyenne, nous dirons simplement « plus jamais ça ! « . Certes  » Dji boné té sé ka tchè « , tâchons de tirer les bonnes leçons devant un acte inévitable. Pour ma part, à travers cette lettre ouverte à tout le peuple malien, je déclare désormais ouverte la critique permanente et continue du pouvoir, de tout pouvoir désormais au Mali. Alors à bon entendeur salut !

Par Mme Traoré, Coumba Bah Technologue Agro Alimentaire

coumbabah@yahoo.com

Tel : 66 81 41 22 – 73 37 78 45

L’Indépendant du 25 Avril 2012