Partager

Rares points d’accroche pour l’œil dans un vaste paysage jaune, les 84 éoliennes d’Ashegoda jaillissent du sol. Le Tigré, région agricole du nord de l’Éthiopie, abrite un gigantesque champ ultra-moderne construit par une entreprise française. Ashegoda, construit par l’entreprise Vergnet pour 230 millions d’euros à quelque 780 km d’Addis Abeba, est le plus vaste champ éolien d’Afrique. L’Éthiopie exporte déjà de l’électricité vers le Soudan et Djibouti et devrait bientôt fournir le Kenya. L’ensemble de Éthiopie dispose actuellement d’une capacité de production de 2.177 MW et vise les 10.000 MW d’ici à 2015, essentiellement grâce au développement d’énergies renouvelables, éolienne, mais aussi solaire, géothermique et hydraulique. Ashegoda, financé par le gouvernement français et des banques françaises, témoigne de l’intérêt croissant que les investisseurs européens, mais aussi chinois, indiens ou turcs portent à l’Éthiopie.Le gouvernement assure que des efforts sont faits pour améliorer les choses et martèle que l’énergie verte est au cœur de son plan de développement.Aujourd’hui, seule 53% de la population éthiopienne a accès l’électricité. Au-delà des retombées économiques, l’Ethiopie espère, avec ses énergies vertes, éviter le coût environnemental du développement que sont aujourd’hui en train de payer des pays comme la Chine et l’Inde.AFP.