Partager


Au moment où le président de la République, Amadou Toumani Touré exposait à la presse les développements de la situation dans la région de Kidal, dans la salle des banquets du palais de Koulouba, le dimanche 8 juin, à l’occasion de l’anniversaire de son investiture à la magistrature suprême, le colonel Elhadj Gamou et ses troupes reprenaient le contrôle de Tinzawaten, bastion de Bahanga et plaque tournante de tous les trafics illicites, notamment ceux de la drogue et des armes de guerre, dans cette partie du Sahara malien.

Il aura fallu pour cela d’intenses bombardements des positions des bandits armés grâce aux fameux BM-21, mondialement connus sous l’appellation des orgues de Staline.

Une arme redoutable dont les lance-roquettes renferment des cartouches incendiaires qui ne laissent aucune chance à l’ennemi. Cet objectif atteint, plusieurs dizaines de para-commandos, spécialistes des opérations sur tous terrains, ont débarqué à Tinzawaten. Ils ont pour mission d’appuyer les hommes du colonel El Hadj Gamou, dans le nettoyage des repaires des bandits armés.

La victoire de l’armée malienne sur les bandits armés de Kidal se précise chaque jour davantage. En effet, après les affrontement de Abeïbara, le 21 mai dernier et la vaste offensive, lancée par les forces loyalistes, sous la conduite du colonel Elhadj Gamou, chef du poste de commandement opérationnel, soldée par une vingtaine de morts et le ratissage qui s’en est suivi, les militaires maliens viennent de marquer un autre point.

Il s’agit du contrôle total de Tinzawatène dont les alentours ont étaient minés par les bandits armés. Cette bourgade, considérée comme un lieu de passage obligé des trafiquants de drogue a été maintes reprises attaquée par Ibrahim Ag Bahanga que la présence de l’armée nationale gène.

Les multiples assauts entrepris par ce dernier n’ont servi à rien. Malgré tout, les convois de ravitaillement de Tinzawatène ont été systématiquement ciblés par la bande à Bahanga.

Le motif du départ des soldats maliens de cette localité, tant réclamé par ce dernier est que son « jardin s’y trouve ». Alors que, selon les propos tenus par ATT, dimanche dernier, « il n’y a rien dans son jardin. C’est un terrain quasiment vide ». ATT a, ensuite, reconnu que c’est une zone de commerce illicite qui profite à la bande à Bahanga.

Aujourd’hui, toutes les poches de résistance dans cette zone ont été neutralisées par les hommes du colonel Gamou, soutenus par les compagnies dirigées par les colonels Faïçal et Takini. Aussi, la voie a t-elle été ouverte pour que les para commandos s’installent à Tinzawatène et environs. Ils sont, nous a-t-on confié, les maîtres des lieux. Ils sirotent sous les arbres de cette bourgade leur thé.

Quant à Bahanga qui a disparu dans la nature, il ne se signale qu’à travers le téléphone satellitaire et multiplient les appels de cesser- le- feu en direction de Bamako et d’Alger.

« Je vous dis que depuis les accords de Tamanrasset en 1991, le pacte national en 1992, l’accord d’Alger en 2006, le protocole d’entente de Tripoli en avril 2008, certains n’avaient rien en tête que la course à l’enrichissement par tous les moyens.


Le développement que ces gens là mettent en avant n’est qu’un alibi pour mobiliser la jeunesse et une partie de l’opinion internationale. Nous, nous oeuvrons pour le développement de cette région et l’Accord d’Alger reste notre cadre de référence. Sur les 18 points de ce document, 15 ont été mis en œuvre et nous poursuivrons son exécution. Toute personne qui refuse l’Accord d’Alger est considérée comme un bandit.

Et, comme telle nous allons la chercher partout et la châtier » a laissé entendre le Chef suprême des armées, lors de sa conférence de presse dimanche , dimanche 8 juin. Avant de plaider pour la paix : « Donnons la chance à la paix. Je peine, je souffre, je suis mal à l’aise de voir sur la ligne de front les fils d’un même pays. Le Mali veut la paix. Nous avons une opportunité, une chance, un intérêt important dans le nord.

La recherche pétrolière est prometteuse, Kidal regorge d’énormes potentialités en uranium. Les travaux du barrage de Taoussa vont démarrer l’année prochaine. Bientôt la route Gao-Ansongo sera inaugurée. Nous avons donc besoin de paix pour booster le développement dans cette région ».

ATT répondra t-il favorablement à l’appel de Bahanga ? En tout cas, il faudrait savoir exploiter l’avantage certain que l’armée malienne a sur les bandits armés. Dans le cas contraire, il se fera piéger et la bande à Bahanga, peu digne de confiance, n’hésitera pas à reprendre son jeu favori : le maquis.


Chahana TAKIOU

10 Juin 2008