Partager


Suite à une intervention de l’UNTM et de l’Association des griots du Mali, les comités syndicaux (Syndicat national de la santé et de l’action sociale et Syndicat autonome des cadres médicaux) ont décidé, dans l’après-midi du vendredi 10 août, de lever le mot d’ordre de grève enclenché depuis le mercredi 8 août. En contrepartie, Dr Mohamed Kéïta et son assistante, Mme Dembélé Salimata Dao, seront libérés ce lundi 12 août.

Cette grève des hôpitaux du Mali qui s’était étendue aux régions du pays a provoqué un malaise social sans précédent dans la mesure où des innocents ont trouvé la mort, faute de soins.

Face à la gravité de la situation, le chef du Gouvernement, Ousmane Isouffi Maïga, a fustigé l’attitude des médecins en expliquant que l’Etat n’a rien à avoir dans l’incarcération de deux de leurs collègues, Dr Mohamed Kéïta et son assistante médicale en anesthésie-réanimation, Mme Dembélé Salimata Dao. Avant de dire, haut et fort, que les hommes en blouse blanche «n’ont pas respecté leur serment d’Hippocrate». Conséquences : le Premier ministre a réquisitionné les médecins militaires dans les hôpitaux de la capitale, notamment à Gabriel Touré, pour suppléer les titulaires de cet hôpital.

Cette nouvelle donne n’a pas changé la grande détresse des populations. C’est pourquoi les griots du Mali ont porté leurs tenues traditionnelles pour rencontrer les grévistes afin de leur demander la reprise du travail. Ils avaient déjà trouvé l’UNTM sur ce terrain et, ensemble, ils ont réussi à convaincre les deux principaux syndicats de la santé à lever le mot d’ordre de grève. Ils ont donc convenu que les médecins reprendront le travail dès ce lundi 12 août.

Mais, ce qu’ils n’ont pas osé dire publiquement, c’est qu’il y a eu des accords secrets. De source proche de l’Ordre des médecins, il nous est revenu que l’accord préalable a été de libérer les deux désormais prisonniers célèbres de la santé. Une astuce a donc été trouvée pour les évacuer dans la nuit du vendredi à Gabriel Touré en qualité de malades. Ils ont ainsi été reçus dans les chambres VIP de cet hôpital où ils séjournent actuellement. C’est dire que l’Etat, à travers le ministère de la Justice, a discrètement pris part aux négociations.

Ensuite, selon les mêmes sources, le secrétaire général de l’UNTM, Siaka Diakité, se serait engagé à faire libérer Dr Kéïta et Mme Dembélé ce lundi avant 13 H. Faute de quoi, l’UNTM elle-même déclencherait une grève illimitée.

Ce qui est sûr, c’est que les médecins organiseront une assemblée générale aujourd’hui en début d’après-midi pour à la fois informer ses militants et faire le point de la situation.

Chahana TAKIOU

13 août 2007.