Partager

La religion musulmane n’est pas seulement la profession de foi, la prière, l’aumône, la zakat, le pèlerinage à La Mecque. Elle est aussi sport et culture. C’est la raison pour laquelle la communauté musulmane des soufis du Mali organise à chaque Maouloud une semaine sportive et culturelle. Les festivités de l’édition de cette année ont démarré le mercredi 19 mars.

Les fidèles musulmans ont célébré, jeudi dernier, la naissance du prophète Mouhammad (PSL). Comme à l’accoutumée, la communauté musulmane des soufis du Mali, sous la conduite de son chef spirituel, Cheick Soufi Bilal, n’est pas demeurée en lançant une semaine culturelle. La cérémonie a eu lieu mercredi dernier dans une ambiance festive et populaire, puisque tout le quartier de Djicoroni-Para, fief de la communauté, était mobilisé pour la circonstance.

Pour rehausser l’éclat de la semaine, des délégations sont venues du Sénégal, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Togo, de la Guinée, etc. Certains guides spirituels soufis venus des quatre coins du Mali étaient eux aussi présents. Le coup d’envoi de la semaine a été donné par le général Moussa Traoré, ancien président de la République du Mali, invité d’honneur de la semaine.

Cheikh El hadj Soufi Bilal a animé dans la nuit du 19 mars un grand prêche à la grande Zawiya de Djicoroni-Para. Sorties massivement pour écouter Cheick Soufi Bilal, de 22 h à l’aube, les populations ont été largement édifiées sur le sens et la portée du Maouloud. La lecture du Saint Coran et du Dalayil, les chants et cantiques, des prestations en arts martiaux, un récital de poèmes et des sketches sont au programme de la semaine.

Cette semaine, dont la clôture est prévue pour ce mercredi 26 mars, est une opportunité offerte aux jeunes de se rencontrer et éventuellement de créer des liens d’affinité entre eux. C’est une semaine de ferveur qui fait oublier les aléas du quotidien et pendant laquelle la foi renaît dans les cœurs.

La grande innovation de la présente édition sera certainement la tenue d’une conférence-débats sur l’insécurité routière et la protection de l’environnement.

Sidiki Doumbia
(stagiaire)

25 Mars 2008.