Partager

Les soldats somaliens et ceux de l’Union africaine sont entrés lundi dans Kismayo, plus de 48 heures après le retrait des islamistes shebab de leur dernier bastion d’importance en Somalie, nous ont rapporté des habitants. Les insurgés islamistes somaliens avaient annoncé samedi matin avoir opéré dans la nuit précédente un « repli tactique » et quitté Kismayo, qu’ils contrôlaient d’une main de fer depuis août 2008. Le contingent kényan de l’Amisom avait lancé la veille contre la ville portuaire du sud un assaut massif par la mer, appuyé par des bombardements aériens. L’abandon de Kismayo est le dernier revers militaire en date des shebab qui ont perdu un à un tous leurs bastions d’importance depuis qu’ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011, même s’ils continuent de contrôler de vastes portions du sud et du centre de la Somalie. Ce nouveau recul ne marque toutefois pas l’anéantissement du mouvement islamiste qui depuis un an s’est converti à la guerre asymétrique et a multiplié les actes de guérilla et les attentats. Et imposer l’autorité du nouveau gouvernement somalien s’annonce comme un nouveau défi.« Comment gérer Kismayo après les shebab sera l’une des plus difficiles questions auxquelles devra faire face le président Hassan » Cheikh Mohamoud… estime Habdirashid Hashi, analyste au centre de réflexion ICG.AFP.