Partager

« Chaque trimestre, tous nos avions subissent des contrôles techniques. La CAM figure sur la liste des contrôles techniques des services aéronautiques de tous les pays destinataires. Si la CAM figurait sur une liste noire de l’UE, elle n’allait jamais effectuer de vol sur Paris, une destination qu’elle dessert régulièrement depuis longtemps. Personne n’a appris une seule fois que nos appareils ont été interdits de se poser sur le sol français. Nous continuons de voler sur Paris comme prévu, sans problème et nous ne figurons sur aucune liste noire ». Telles sont les indications fournies par le directeur administratif de la CAM, Fadiala Dembélé, au cours d’un point de presse tenu vendredi 28 novembre, dans les locaux de DFA Communication, à l’ACI 2000, coupant ainsi court aux informations diffusées par un journal de la place sur un prétendu crash d’un appareil de cette compagnie.

Cette conférence était animée par le Directeur administratif de la CAM, Fadiala Dembélé, entouré, pour la circonstance, par de nombreux responsables de la compagnie à l’image du directeur commercial, Pierre Dangelis, du responsable sol et sûreté, Yahaya Touré et du directeur technique, Dramane Diarra. Ils ont donné des éclaircissements à la presse sur tous les détails techniques par rapport à l’incident survenu sur le vol du lundi 24 novembre en partance pour Abidjan.

Le responsable sol et sûreté a, ainsi, affirmé qu’il n’y a eu ni crash ni tentative de crash, «juste un petit problème technique». Selon lui, lors de la phase de la montée, quinze minutes après le décollage, un voyant s’est allumé dans la cabine du commandant. En la matière, la procédure exige que le commandant prenne une décision qui a consisté à ramener l’appareil à son point de départ.

A l’atterrissage à Bamako, il a constaté qu’une pièce était défectueuse et que sa réparation allait prendre quatre heures d’horloge. Yahaya Touré soulignera qu’aucun membre de l’équipage et les passagers ne couraient aucun risque et que l’avion pouvait continuer son vol mais que cela aurait entraîné d’autres conséquences, telles la lenteur du vol et la consommation abusive de kérosène.

« Le pilote pouvait continuer mais il pouvait être limité au niveau de l’altitude » a-t-il ajouté. Entre temps, les passagers ont été transférés, le même jour, dans un autre avion de la CAM et ont pu regagner leur destination respective. L’avion, qui est resté au sol fut dépanné et a repris son vol normal, dès le lendemain.

Quant au Directeur administratif de la CAM, Fadiala Dembélé, il a estimé que cette panne technique était imprévisible et pouvait arriver à tous les avions. Il a donné l’assurance que tous les avions de la compagnie sont en bon état et remplissent toutes les conditions comme peuvent l’attester l’Agence nationale de l’aviation civile et plusieurs autres agences de contrôle. « Chaque trimestre, tous les avions effectuent des contrôles techniques et la CAM figure sur la liste des contrôles techniques des agences de contrôle de tous les pays destinataires » a-t-il laissé entendre. Fadiala Dembélé a déclaré que « si la CAM figurait sur la liste noire de l’UE, elle n’allait jamais effectuer de vol sur la France. Tout le monde sait que la CAM a commencé Bamako-Paris-Bamako sans problème et personne n’a appris, une seule fois, qu’elle a été interdite de se poser sur le sol français. Nous nous rendons à Paris comme prévu, sans problème et nous ne figurons sur une quelconque liste noire ».

Profitant de l’occasion, les responsables de la Compagnie aérienne du Mali ont répondu à d’autres questions des journalistes. Il s’agit, entre autres, de la ponctualité, du fonctionnement des services et des produits mis en vente.

Sur la ponctualité, Fadiala Dembélé a révélé que la CAM est l’une des compagnies qui respectent les rendez-vous. Pour ce qui est du fonctionnement des services et des produits mis en place, le directeur commercial, Pierre Dangelis, a assuré que tous les services de la compagnie fonctionnent à merveille et que la CAM continue d’élargir ses destinations à travers l’Afrique et l’Europe, voire dans le monde entier.

Bandiougou DIABATE – Stagiaire

02 décembre 2008