Partager

Les rebelles burundais des Forces nationales de libération ont exigé un partage du pouvoir « moitié-moitié » avec le gouvernement du Burundi pour rendre applicable l’accord de cessez-le-feu signé en 2006. « Durant les négociations, le Palipehutu-FNL et le gouvernement du Burundi ont été mis sur un même pied d’égalité… C’est pourquoi le partage du pouvoir doit se faire sur le principe d’égalité dans tous les aspects de la vie nationale« , affirme leur leader, Agathon Rwasa. « Pour être précis, nous voulons avoir une des deux vice-présidence et 13 des 26 ministères du gouvernement burundais, dont les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Défense, des Finances, de la Planification, de la Justice, de l’Agriculture et de l’élevage, de l’Education nationale, de la Santé publique, du Commerce, du Travail et de l’Energie et des mines« .