Partager

Les observateurs ont remarqué, après le remaniement, que ce sont bien les proches du président de la République ou supposés comme tels qui ont fait les frais. Il s’agit d’Hammadoun Konaté, de Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, d’Abdel Karim Konaté et de Mahamane Baby. Le premier, Hammadoun Konaté, était numéro 2 du gouvernement Modibo Kéïta II. Il occupait un poste ministériel stratégique, dans la mesure où tout le ‘’volet reconstruction du Nord’’ dépendait de lui. D’aucuns le voyaient même dans le fauteuil de Premier ministre. De numéro 2 du gouvernement, il a été rétrogradé à la 5ème place. Pis, son Département a été délesté du volet ‘’Reconstruction du Nord’’. Quant à Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, elle figurait dans le cercle très rapproché du président de la République. Certains journaux avaient signalé qu’il lui arrivait de nouer la cravate du président lors de ses déplacements. Et puis, avec l’appui d’IBK, elle avait pu faire la jonction entre le ministère du Tourisme et de l’Artisanat qu’occupait Mme Berthé et son ministère initial. Aujourd’hui, à sa grande surprise, elle perd ce qu’elle avait gagné, officiellement, dans le souci de faire de la place aux nouveaux venus, au nom de la paix.

S’il y a un ministre qui est bien mal récompensé, c’est bien celui du Commerce. Abdel Karim Konaté dit Empé s’est battu comme un beau diable dans l’eau bénite pour la maîtrise des prix, la protection des consommateurs ; pour éviter la hausse des produits de première nécessité durant le mois de Ramadan ; pour sauver le parc industriel à travers la signature de contrats de performance. Pratiquement, toutes les semaines, les plus hautes autorités du pays le félicitaient pour ses efforts et ses initiatives. Dans le classement trimestriel des ministres, initié par le Premier ministre, il figurait sur le podium, le jeudi 7 juillet, jour du remaniement. Les PTF l’ont remercié pour la maîtrise des prix, gage de stabilité sociale, selon eux. Pour toute récompense, on lui retire l’Industrie et on le plonge dans les profondeurs de la préséance gouvernementale. De la 12ème, il se retrouve à la 25ème place.

Mahamane Baby, dont les liens avec la famille présidentielle sont connus, a mobilisé tous ses services pour atteindre l’objectif de 200.000 emplois promis par IBK. Tous les mois, il fait le point, chiffres à l’appui. Il faut reconnaître qu’il avait de très mauvais rapports avec une partie du Cnj-Mali, dont les ambitions ministérielles de son président étaient connues de tous. Au sein de son parti aussi, certains cadres cherchaient des poux sur sa tête. C’est peut-être tout ça qu’il a fini par payer.

20 Juillet 2016