Partager

Les précisions de Chérif Ousmane Madani Haidara : «Nous n’avons aucun lien avec ANSAR Dine qui combat au Nord»

Le guide spirituel Chérif Ousmane Madani Haidara a levé toute équivoque sur la confusion qui plane à l’horizon autour de l’appellation du mouvement islamique salafiste dirigé par Iyad Ag Ghali. C’était à l’occasion d’une conférence de presse organisée, mardi dernier, à son domicile.Il a invité l’ensemble des Maliens à éviter de faire l’amalgame entre cette association des groupes salafistes et la tienne. « Nous avons entendu qu’il y a un groupe de rebelle au Nord de notre pays dénommé ANSAR Dine mais cette association n’a aucun rapport avec la nôtre », a précisé le chef spirituel Chérif Ousmane Madani Haidara. Selon lui, il ne doit pas y avoir deux associations du même nom officiellement reconnues dans un État de droit. « Quand nous avons appris la présence de cette association au Nord, nous nous sommes posés la question à savoir comment un tel phénomène peut être produit dans notre pays au vu et au su de tous » a rétorqué le chef spirituel tout en précisant que ANSAR Dine est une association légalement reconnue qui existe depuis près d’une trentaine d’année et qui a obtenu son récépissé depuis le 19 août 1991 soit 21 ans d’existence officielle. Et d’ajouter que son association est en passe de devenir une structure internationale après être fortement implantée à travers l’ensemble des régions et des villages du pays.

ANSAR Dine différent de ANSAR Dine

Les ambitions de ces associations sont nettement différentes, a expliqué Chérif Ousmane Madani Haidara. Pour lui, ANSAR Dine qu’il dirige n’a jamais nourri l’ambition d’instaurer une loi islamique quelconque dans un État islamique comme réclame le groupe salafiste dirigé par Iyad Ag Ghali qui est d’ailleurs une personnalité bien connue parce qu’il a auparavant occupé beaucoup de postes de responsabilité dans notre pays. « Nous n’avons jamais demandé à ce que le pays soit un État islamique ». Selon lui, le but de son association est de promouvoir et d’établir la droiture dans la vie des hommes en société à travers le changement de comportement.

Parlant de la situation actuelle de la crise qui sévit au sujet du choix d’un responsable pour diriger la période de la transition et de la gestion du Nord de notre pays, il fera savoir qu’il n’a aucune ambition politique mais qu’il est prêt à apporter son soutien aux populations du Nord pour sauvegarder l’unité et l’intégrité territoriale du pays. Il a enfin fait des bénédictions pour que le pays puisse sortir de cette situation.

Moussa Dagnoko

04 Avril 2012