Partager

Abdoul Karim Sylla

Article 6: « élaborer, dans les 10 jours suivant la signature du présent Accord les modalités du cessez-le-feu incluant les arrangements sécuritaires, le cantonnement et le désarmement des groupes armés du nord du Mali ainsi que le redéploiement effectif des forces de défense et de sécurité du Mali »

Rien ne dit que les groupes seront désarmés!!! Absolument rien!!! Le document parle d’élaborer les modalités du désarmement — mais ne dit pas clairement que les groupes doivent être désarmés.

Article 9: « l’arrêt de toutes les opérations militaires, les attaques terrestres et aériennes, les activités de renseignement et de recrutement ; l’arrêt de toute tentative d’occuper de nouvelles positions sur le terrain ; »

Donc, l’armée reste où elle est — aucune force au delà du 18eme parallèle!!!

Article 10: « déploiement progressif de l’Armée malienne à Kidal, en étroite coopération avec la MISMA/MINUSMA et opération Serval. »

Il est prévu que la gendarmerie et la police vont être déployées — mais ces gens n’ont aucun moyen réel d’assurer n’importe quelle sécurité face aux combattants rebelles. Il faut que l’AMA y soit déployé et cela tout de suite — le terme « progressif » appelle à une confusion. Ce sera 2 soldats avant le 28 Juillet et le reste en 2015? Et selon l’article 9, l’AMA ne pourra pas se déplacer même au delà d’Anefis.

Article 17: « Les parties s’engagent à libérer les personnes détenues du fait du conflit armé dès l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. »

Il y a des criminels qui sont aux mains de la justice — ceci veut simplement dire de les libérer.

Article 20: Il est un peu long; mais il dit que 60 jours après les élections et le nouveau gouvernement, on entamera un dialogue sur plusieurs points, dont « un programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion socioéconomique (DDR) des groupes armés du Nord Mali « . Donc cela veut dire que jusqu’à l’élaboration de ce programme, il n’y aura pas de désarmement effectif. Que signifie alors l’article 6 cité plus haut?

Article 22: c’est le chef de la MINUSMA et le médiateur qui déterminent ce que le contenu du document signifie!!! Donc, on signe un document et on se remet aux mains de ces 2 pour déterminer le sens du texte. Et si ces 2 ne sont pas d’accord?

A mon avis, le Mali ne doit absolument pas signer ce document. L’AMA doit pouvoir aller où bon lui semble. Et les rebelles doivent être cantonnés dans le camp militaire de Kidal sous contrôle de la MISMA. Point à la ligne. Nos partenaires doivent comprendre cela. Et Fabius a absolument tord quand il dit que ce document est parfait. Il est très imparfait.


L’avis de Harouna Niang

Le premier problème c’est de mettre l’Etat du Mali qui est un pays souverain reconnu par tous les pays au même niveau qu’un groupe armé illégitime qui est au ban de toute justice.

Deuxièmement la résolution 2100 du CS des NU est claire les Groupes armés doivent désarmer. Pourquoi ne pas la respecter ?

Troisièmement le texte de l’accord est une prime aux revendications armées. Il incite tous ceux qui ont des problèmes avec leur État à prendre des armes pour se mettre en position de négocier.

Quatrièmement: pourquoi le lieu de cantonnement est décidé sans le Mali ? C’est que nous ne sommes plus souverain chez-nous.

Cinquièmement: pourquoi un traitement spécial pour le MNLA ? et les autres groupes armés? Ne doit on pas tenir compte de leurs préoccupations ?

Ce texte est déséquilibré.

— –

Mohamed Ag Acharaom

Pour ma part, ci dessous les points qui me dérangent:

# l’arrêt de toutes les opérations militaires, les attaques terrestres et aériennes, les activités de renseignement et de recrutement;

Si le Mali envoie ses agents de renseignement à Kidal (territoire malien), on va dire que le Mali n’a pas respecté les termes de l’accord.

# l’arrêt de toute tentative d’occuper de nouvelles positions sur le terrain ;
ça veut dire qu’il est interdit au Mali d’aller au delà d’Anefis sur son propre territoire.

# le cantonnement des groupes armés sous la supervision et le contrôle de la MISMA/MINUSMA dans des endroits définis conjointement avec la MISMA/MINUSMA. Le désarmement se déroulera après la signature de l’accord de paix global et définitif ;

ça veut dire que les criminels vont encore garder leurs armes ce qui est en contradiction avec le slogan de la France « Pas deux armées dans un même pays ».

# Dans un souci d’apaisement et de confiance, le gouvernement du Mali prendra toutes les dispositions nécessaires pour suspendre les poursuites engagées par la justice malienne du fait du conflit armé contre les membres des groupes armés signataires du présent accord.

Ils ont bien précisé SIGNATAIRES DU PRESENT ACCORD. ça veut dire que le N°2 de sardine Ag Intalla ne sera plus sous mandat d’arrêt et qu’il peut venir à Bamako et avoir une réunion avec Daniel Tessogué.

# Les parties s’engagent à libérer les personnes détenues du fait du conflit armé dès l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

ça veut dire que les combattus des bandits du mnla pris sur le champs de bataille par notre armée, vont être libérés et nos vaillants soldats n’auront que leurs yeux pour pleurer.

Les populations du nord qui ont souffert le martyre avec ces criminels attendent que l’état joue son rôle de façon responsable en administrant la justice et poser les jalons d’une réconciliation nationale fondée sur la justice et l’équité.

Publié le 14 juin 2013