Partager

Déployée depuis juillet 2013, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali, intégrant les forces tchadiennes (Minusma) est celle qui connaît le plus fort taux de mortalité de toutes les missions actuelles de maintien de la paix de l’ONU, par rapport à son effectif de plus de 10 300 militaires et policiers. Chronologie !

Le 23 octobre 2013, cinq casques bleus tchadiens sont tués lors de l’attentat de Tessalit.
Le 14 décembre 2013, deux casques bleus sénégalais sont tués par un attentat-suicide à Kidal.
Le 20 janvier 2014, six soldats tchadiens sont blessés par l’explosion d’une mine près de Kidal.
Le 16 mars 2014, un soldat tchadien est grièvement blessé par une mine à Tessalit.
Le 25 avril 2014, un soldat guinéen est blessé par une mine près de Kidal.
Le 13 mai 2014, trois soldats sénégalais sont grièvement blessés près de Kidal.
Le 2 juin 2014, trois sous-traitants maliens travaillant pour la MINUSMA sont blessés par l’explosion d’une mine près d’Aguelhoc.
Le 10 juin 2014, deux casques bleus cambodgiens décèdent d’un empoisonnement alimentaire après avoir mangé de la nourriture avariée.
Le 11 juin 2014, quatre soldats tchadien sont tués lors de l’attentat d’Aguelhoc.
Le 30 juin 2014, un casque bleu Burkinakè est tué et six autres blessés par l’explosion d’une mine entre Goundam et Tombouctou.
Le 18 juillet 2014, un soldat cambodgien est grièvement blessé près de Kidal.
Le 2 août 2014, un soldat tchadien est tué par une mine.
Le 9 août 2014, trois soldats tchadiens sont blessés par une mine près d’Aguelhoc.
Le 16 août 2014, deux soldats burkinabè sont tués et quatre autres blessés à Ber, par l’explosion d’un pick-up conduit par deux kamikazes.
Le 1er septembre 2014, quatre sous-traitants maliens travaillant pour la MINUSMA sont blessés par l’explosion d’une mine près d’Aguelhoc.
Le 2 septembre 2014, quatre soldats tchadiens sont tués et 15 autres blessés à une trentaine de kilomètres au nord de Kidal par l’explosion d’une mine.
Le 14 septembre 2014, un véhicule saute sur une mine près d’Aguelhoc, un soldat tchadien est tué et quatre autres sont blessés.
Le 18 septembre 2014, cinq soldats tchadiens sont tués et trois blessés par un engin explosif entre Aguelhoc et Tessalit.
Le 3 octobre 2014, neuf casques bleus nigériens sont tués dans une embuscade tendue par deux djihadistes équipés de lance-roquettes RPG-7 près d’Idelimane, entre Ansongo et Ménaka.
Le 7 octobre 2014, un casque bleu sénégalais est tué et un autre blessé à Kidal par des tirs de roquettes contre la caserne de la MINUSMA.
Le 18 décembre 2014, un casque bleu tchadien est tué et par une mine près d’Aguelhoc.
Le 4 janvier 2015, un véhicule de la MINUSMA saute sur une mine entre Ansongo et Ménaka, six soldats nigériens sont blessés, dont trois gravement. Cette attaque est revendiquée par al-Mourabitoune.
Le 9 janvier 2015, sept soldats sénégalais sont blessés par un engin explosif à Kidal, près de l’aéroport.
Le 17 janvier 2015, un soldat tchadien tué et un autre blessé dans une attaque à Kidal.
Le 27 janvier 2015, un soldat nigérien est tué par une mine.
Le 7 mars 2015, deux militaires suisses spécialistes en déminage sont blessés lors de l’attentat de Bamako du 7 mars 2015.
Le 8 mars 2015, un soldat tchadien tué et huit blessés par des tirs de roquettes sur la caserne de Kidal.
Le 17 mars 2015, un hélicoptère Apache néerlandais s’écrase accidentellement au nord de Gao, les deux pilotes sont tués.
Le 15 avril 2015, à Ansongo, l’explosion d’un véhicule piégé conduit par un kamikaze blesse neuf casques bleus nigériens, dont deux sérieusement, tue trois civils et en blesse sept autres.
Le 17 avril 2015, à une vingtaine de kilomètres de Gao, un convoi de la MINUSMA est arrêté par deux djihadistes à motos, deux chauffeurs civils sont exécutés sommairement, les autres parviennent à s’enfuir, l’un d’eux est blessé.
Le 20 avril 2015, un autre chauffeur d’un nouveau convoi civil est assassiné près de Gao.
Le 26 mai 2015, pour la première fois à Bamako la MINUSMA est la cible d’une attaque meurtrière ; des hommes armés ouvrent le feu sur des casques bleus bangladais, l’un d’eux est tué, un autre blessé. L’attaque est revendiquée en juillet par Ansar Dine.
Le 2 juillet 2015, six casques bleus du Burkina Faso sont tués et cinq blessés dans une embuscade tendue par AQMI entre Goundam et Tombouctou.
Le 28 novembre 2015, le camp de la MINUSMA à Kidal est frappé par des tirs de mortiers, deux casques bleus guinéens sont tués, ainsi qu’un civil contractuel, et 14 à 20 personnes blessées.
Le 12 février 2016, une pluie de roquettes s’abat sur le camp de la MINUSMA à Kidal et un véhicule kamikaze se fait exploser, six soldats guinéens sont tués et environ 30 autres casques bleus sont blessés, l’attaque est revendiquée par Ansar Dine
Le 25 février 2016, à Kidal, un soldat tchadien ouvre le feu et tue un commandant et un médecin militaire après avoir essuyé une remontrance de ces derniers pour cause d’ivresse.
Le 12 mars 2016, à Tessalit, un soldat tchadien tue deux de ses officiers et en blesse un autre après une dispute portant sur les salaires.
Le 15 mai 2016, à Bamako, deux casques bleus sont tués et quatre blessés par une tornade.
Le 18 mai 2016, près d’Aguelhoc, six casques bleus tchadiens sont tués (cinq le jour même puis un succombant à ses blessures) et trois blessés dans une embuscade.
Le 29 mai 2016, cinq casques bleus togolais sont tués, et un autre grièvement blessé, dans une embuscade entre Ténenkou et Sévaré.

Le 31 mai 2016, un casque bleu et trois civils travaillant pour les Nations unies à Gao dans le nord du Mali ont été tués dans une double attaque ayant visé un camp de l’ONU et les locaux d’un prestataire de services pour l’ONU. Trois autres Casques bleus ont été grièvement blessés, et plus de dix des “membres du personnel de la Minusma, dont des civils”, légèrement blessés
L’Aube du 2 Juin 2016