Partager

Un duo de réalisateurs maliens a présenté dimanche, au 2eme jour du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), une fiction évoquant les crimes dont les albinos sont toujours victimes dans plusieurs pays africains. « C’est un problème dans toutes les sociétés africaines, on les recherche partout pour des membres, des organes génitaux », a expliqué à l’AFP Ladji Diakité, coréalisateur avec Adama Drabo du long métrage « Fantan Fanga » (le pouvoir du pauvre), en compétition officielle pour le grand prix du Fespaco. « Nous ne dénonçons pas le fait, nous le montrons simplement », a expliqué M. Diakité, soutenant que « le cinéaste présente la société telle qu’elle est ». L’assassinat d’un jeune albinos, dont la tête disparaît dans un contexte de sacrifices rituels, est au coeur du film.