Partager

Il n’y aura plus aucun humanitaire étranger au Soudan d’ici la mi-mars 2010. C’est Omar el-Bachir qui non seulement le dit mais a d’ores et déjà ordonné à son gouvernement de passer progressivement à l’action. De « soudaniser » totalement l’aide aux populations, selon les mots même du chef de l’Etat, qui s’exprimait ce lundi à Khartoum devant plusieurs milliers de militaires. Pour Daniel Augsburger, directeur du bureau de la mission hybride à el-Facher : « C’est même un piège qu’il faut absolument éviter ». Maintenant, remplir le vide laissé par les ONG qui ont été, soit interdites d’opérer (trois ONG soudanaises) et les ONG internationales qui ont été expulsées, la Minuad n’en n’a pas les moyens, poursuit-il. Le président Omar el-Béchir ne semble en tout cas, guère effrayé par une telle obligation. Lundi matin, à Khartoum, devant l’armée, le numéro un soudanais a affirmé que d’ici un an, il n’y aurait plus besoin d’une seule ONG internationale au Soudan. (Rfi)