Partager

Il s’agit d’une mise au point de taille, faite par Ibrahim Boubacar Keita lors de sa première intervention en tant que président élu. A travers cette déclaration aux allures d’une mise en garde à l’endroit de ceux qui croyaient à un partage du gâteau après son élection, IBK entend mettre fin à des habitudes qui sont devenues le sport favori de certains de nos hommes politiques. Lesquels sont connus pour être des oiseaux de bon coin. Pour IBK, il n’y aura pas de partage de gâteau car il n’a promis quoi que ce soit à quelqu’un.

Cette déclaration du président élu, Ibrahim Boubacar Keita, a été accueillie avec désespoir par certains hommes politiques, connus pour leur opportunisme et qui se sont rués vers le camp d’IBK après leur défaite au premier tour avec des scores très maigres. Dans l’intention d’avoir un strapontin auprès du’’ prince du mandé’’, élu à l’issue du deuxième tour de l’élection présidentielle du 11 aout dernier.

Dans son intervention en langue nationale Bambara IBK tape du poing sur la table en ces termes : « Beaucoup a été dit mais mettons de coté les rivalités intestines, l’égoïsme gratuit et renforçons la fraternité pour qu’ensemble, nous construisons le Mali ».Pour cela, il a demandé aux Maliens de se retrouver.

Avant de poursuivre: « Dans ce processus de construction du Mali, rien ne sera fait par affinité car les Maliens ont placé leur confiance en moi en me portant à la présidence de la République du Mali par leurs suffrages ».
Et de mettre en garde : « Il n’y aura pas de partage de gâteau comme le pensent certains. Je n’ai jamais promis cela à qui que ce soit. C’est la construction du pays qui va se réaliser. »

Avant de marteler qu’il ne va pas faire de nominations par affinité, parenté ou par appartenance politique. Mais, sur la base de la compétence, et non d’autres considérations.

Et Ibrahim Boubacar Keita de laisser entendre : « Ce que les Maliens attendent de moi, c’est ce que je vais faire avec toute la détermination que cela requiert. ».

Par ailleurs, IBK a tenu à apporter des précisions par rapport à certaines rumeurs colportées par des mauvaises volontés selon lesquelles il fermera les églises lorsqu’il sera élu président.

« Pour moi, toutes les religions seront les mêmes et je serai équidistant vis-à-vis de toutes les religions pratiquées au Mali. J’aime ma religion et je respecte les autres religions. ».

Et de conclure en ces termes : « Je jure que je ne vais jamais trahir le Mali. Vous m’avez aimé et je vous aime aussi » a t-il laissé entendre à ses électeurs.

Dieudonné

Tjikan du 23 Août 2013