Partager


Certains ministres de la Sécurité de la Communauté des Etats Sahélo Sahariens (CEN-SAD) sont arrivés à Bamako depuis le week-end dernier pour prendre part à la 10ème réunion que notre capitale abrite dans le cadre des concertations intergouvernementales pour trouver une solution idoine et pérenne aux difficultés que ces pays ont en commun.

Placée sous la haute présidence de Son Excellence M. Modibo Sidibé, Premier ministre et chef du gouvernement du Mali, cette 10ème réunion a regroupé de nombreux ministres de la Sécurité et membres de gouvernements des pays de la CEN-SAD. La cérémonie officielle d’ouverture de cette réunion s’est déroulée hier Lundi dans la matinée en présence de nombreux membres du gouvernement.

Le Premier ministre M. Modibo Sidibé avait à ces côtés le Secrétaire général de la CEN-SAD, M. Mohamed Al Madani Al Azhari et le ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, le Général Sadio Gassama. La régularité avec laquelle les responsables nationaux de la sécurité se rencontrent, atteste de l’importance particulière que les leaders et chefs d’Etat de la communauté accordent à la recherche de solutions pour asseoir définitivement la paix, la sécurité et la stabilité dans l’espace.

Le secrétaire général de la CEN-SAD

En se félicitant des efforts accomplis pour assurer cette régularité, le Secrétaire général de la CEN-SAD, Docteur Mohamed Al Madani Al Azhari a souhaité que la présente rencontre soit une occasion de réviser les acquis et de poser de nouveaux jalons pour apporter aux populations la quiétude nécessaire afin qu’elles puissent appréhender les légitimes ambitions et attentes suscitées par la création de la communauté avant de prendre la parole.

Après les salutations protocolaires effectuées par le maitre de cérémonie, le Directeur du bureau de l’information et de la presse des Affaires Etrangères, M. Cheick Oumar Coulibaly, la parole a été donnée au Secrétaire général. Selon Dr. Mohamed Al Madani Al Azhari : “Par la grâce de Dieu, nous voici réunis à nouveau dans cette ville de Bamako qui a vu naitre le Rassemblement Démocratique Africain (RDA), capitale d’un pays qui attache une importance particulière à l’Intégration africaine.

Je suis persuadé que vos analyses et réflexions constitueront un éclairage certain pour les ministres et chefs de délégations et permettront de donner des indications clairvoyantes sur la façon de renforcer la coopération entre les Etats membres afin de venir à bout des menaces qui pèsent sur la sécurité des personnes et des biens dans notre espace”, a-t-il dit.

Cette 10ème réunion est une occasion de jeter un regard rétrospectif sur ce qu’en dix ans, les différents pays ont pu convenir d’une charte de sécurité, d’une Déclaration sur la Prolifération et la Circulation des Armes Légères et de petit calibre, d’une convention de coopération en matière de sécurité et d’un accord de coopération en matière de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants et substances psychotropes.

Le premier ministre Modibo Sidibé

A cela, il faut ajouter une série de séminaires et sessions de formation. Le Premier ministre, chef du gouvernement, M. Modibo Sidibé a dit dans son allocution : “Le Mali se félicite de l’insigne honneur qui lui est fait d’abriter la dixième réunion des ministres en charge de la sécurité des pays membres de la CEN-SAD ; et ce, un an après la tenue ici même à Bamako, de la deuxième réunion des ministres en charge de la défense dans notre espace commun.

C’est là une marque de confiance renouvelée, ce dont nous remercions l’ensemble des Etats membres, et particulièrement le secrétariat général de la CEN-SAD. C’est convaincu que de vos échanges sortiront des recommandations pertinentes pour une meilleure gestion des différentes thématiques proposées à votre examen, que je déclare ouverts les travaux de la 10ème Réunion des ministres en charge de la sécurité dans les pays membres de la CEN-SAD.”

Avec des défis multiples qui sont autant de menaces sérieuses à la sécurité, notamment l’immensité des espaces, la porosité des frontières, la circulation anarchique des armes, le grand banditisme, le trafic en tout genre, les incursions de mouvements armés, la précarité économique, l’immigration clandestine, le terrorisme et la criminalité transfrontalière qui menacent la sécurité des populations et la stabilité des institutions requièrent de la part des pays membres de privilégier des solutions communautaires qui mobilisent toutes les énergies et nécessitent une redistribution judicieuse des rôles et des responsabilités.

En déclarant l’ouverture officielle de cette réunion, le Premier ministre chef du gouvernement, demande aux participants de se pencher sur ces questions pour qu’à l’issue des travaux, des solutions pertinentes puissent être trouvées à ces problèmes qui empoisonnent le quotidien des populations de la communauté.


Moussa KONDO

17 Mars 2009