Partager


La réduction des maladies diarrhéiques était au centre de la préoccupation des participants à une journée d’information et de sensibilisation organisée le 19 juin au stade du 26 mars. A l’ouverture des travaux, le chef de Division hygiène et salubrité, Boubacar Amida Maïga, a situé dans son contexte cette journée qui a regroupé des associations, des ONG, les directions régionales de la Santé et les animateurs de radio des régions et du district de Bamako.

La rencontre visait l’information et la sensibilisation sur le lavage des mains au savon aux moments décisifs pour la réduction de l’incidence des maladies diarrhéiques. Ce fut également l’occasion de communiquer les résultats de certaines études faites sur le lavage des mains au savon, de présenter les activités du plan d’action national de promotion du lavage des mains au savon aux moments décisifs.

« S’il est vrai que les systèmes appropriés d’évacuation des excréta et d’approvisionnement en eau potable sont les moyens courants de prévention des maladies diarrhéiques, le lavage des mains au savon compte parmi les moyens les plus efficaces et des plus accessibles », selon Mamadou Namory Traoré, représentant du Directeur national de la santé.

Se laver les mains à des moments critiques comme au sortir des toilettes, avant de manger, après le nettoyage annal des bébés et avant de préparer à manger est une pratique simple, banale mais combien importante dans la prévention des maladies diarrhéiques.

Tous nos efforts doivent tendre à faire observer cette pratique dans nos ménages, aux mères, aux gardiennes d’enfants qui ont en charge la protection des enfants, a recommandé Mamadou Namory Traoré.

Les maladies diarrhéiques, toutes causes confondues, constituent la troisième cause de consultation après le paludisme et les infections respiratoires aiguës. Elles demeurent préoccupantes dans la morbidité et la mortalité chez les enfants de 0 à 5 ans qui y paient un lourd tribut et font partie des pathologies sur lesquelles se focalise la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME).

Il est établi que les mains constituent des véhicules essentiels dans la transmission des maladies diarrhéiques du fait qu’elles sont facilement entamées par les selles. Des travaux menés en 2003 ont mis en évidence que se laver les mains avec du savon pourrait réduire l’incidence de la diarrhée de 47 %.

Un seul gramme d’excrément humain peut contenir 10 millions de virus et un million de bactéries. Le lavage des mains au savon bloque la transmission des agents de la maladie et peut réduire significativement la diarrhée et les infections respiratoires aigues ainsi que les infections de la peau.

Au Mali, des études menées en 2006 ont montré que moins de 12 % des mères et gardiennes d’enfants ont lavé les deux mains avec de l’eau et du savon au sortir des toilettes ; 75 % des élèves qui se lavent les mains au sortir des toilettes n’utilisent pas le savon ; 34 % des clients des restaurants ne se lavent pas les mains avant de manger.


B. Daou

23 Juin 2008