Partager

En Egypte, la tension est vive et jeudi soir, des heurts entre partisans et opposants du président ont éclaté devant le siège du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), bras politique des Frères musulmans dont est issu Mohamed Morsi, dans le gouvernorat d’ach-Charqiya (nord), faisant un mort et 30 blessés. L’Egypte est divisée entre partisans de M. Morsi, qui estiment qu’il épure les institutions après des décennies de corruption, et ses détracteurs qui l’accusent de concentrer le pouvoir entre les mains des Frères musulmans. Alors que l’opposition a appelé à une vaste manifestation dimanche, date anniversaire de l’investiture de M. Morsi, une alliance de groupes et partis politiques islamistes a demandé à ses partisans de se mobiliser dès vendredi, et pour une durée illimitée, sous le slogan « la légitimité est une ligne rouge », devant la mosquée Rabaa al-Adawiya de Nasr City, un faubourg du Caire. Le 21 juin, des dizaines de milliers d’islamistes s’étaient déjà rassemblés au même endroit pour exprimer leur soutien à M. Morsi, premier président civil d’Egypte. La tenue de ce nouveau rassemblement islamiste, deux jours avant celui de l’opposition, fait redouter une détérioration accrue du climat politique, propice à de nouvelles violences alors que mercredi, une personne avait déjà été tuée et 237 blessées dans des affrontements à Mansoura, dans le delta du Nil. Des entreprises ont annoncé qu’elles seraient fermées dimanche, jour de la manifestation des opposants et début de la semaine en Egypte. AFP