Partager

peage1.jpg
Le contrôle de la charge à l’essieu et du poids total en charge des véhicules lourds dans les postes de péage/pesage est entré en vigueur mardi.

Le lancement officiel de l’opération s’est déroulé au poste de péage/pesage de Sanankoroba. C’est le ministre de l’Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, qui a procédé au lancement.

Il avait à ses cotés un représentant de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, Amadou Harouna, le responsable au Mali de la Banque ouest-africaine de développement, Moumini Djermakoye, et le chef de la délégation de la Commission de l’Union européenne dans notre pays, Giacomo Durazzo.

Le pesage des gros porteurs présente de nombreux avantages, au premier rang desquels la protection de la route en limitant la charge à l’essieu. Dans notre pays, les routes sont construites sur la norme de 11,5 tonnes à l’essieu. Tout dépassement de ce poids va donc faire l’objet d’une amende de 5000 Fcfa par tonne en sus.

Le représentant de la Commission de l’UEMOA, Amadou Harouna, a expliqué que l’instauration du contrôle de la charge à l’essieu et du poids total en charge des véhicules lourds, fait suite à une recommandation de l’organisation sous-régionale qui a demandé à tous les pays membres d’appliquer effectivement cette mesure à partir du 1er juillet 2008. Le Mali fait partie, avec le Niger, des premiers pays ayant commencé à l’appliquer.

« Il a été démontré dans une étude récente que la surcharge est le premier facteur de dégradation de nos routes », a souligné Amadou Harouna, assurant que la Commission de l’UEMOA est déterminée à pousser à une réduction sensiblement du phénomène. C’est la directive n° 014-2005 MC/UEMOA du 16 décembre 2005 adoptée par le Conseil des ministres de l’Union qui a permis l’harmonisation des règles et normes du pesage dans les pays membres.

Le maire de Sanankoroba, Fankélé Samaké s’est réjoui de l’installation d’une station de pesage des essieux dans sa localité. Il s’agit, a-t-il relevé, d’une nouvelle opportunité qui contribuera au développement de la commune qu’il dirige. Les 3% des recettes perçues sur les opérations seront, en effet, réservés aux actions de développement local, a-t-il annoncé.

« L’installation de stations de pesage à Diboli, Kati et Sanankoroba va permettre de protéger les routes construites grâce à d’importants investissements consentis par le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers », a relevé le chef de la Délégation de la Commission de l’Union européenne.

Giacomo Durazzo a assuré que l’application du système de péage/pesage encouragera la Commission à soutenir davantage les efforts de désenclavement du gouvernement, à travers le 10è Fond européen de développement.

Les fonctions économiques de la route sont aujourd’hui bien perçues par les populations, a constaté le ministre de l’Équipement et des Transports. Ahmed Diane Séméga a aussi confirmé combien la route constituait un levier important pour développer l’activité économique et réduire la pauvreté grâce à la création de richesses.

« Notre pays a encore besoin de routes et de bonnes routes carrossables en toute saison. C’est là le sens de toute notre action. Cet objectif principal devra nécessairement s’accompagner d’une volonté d’assurer la protection et la préservation du réseau existant« , a expliqué le ministre Séméga, en indiquant que le péage et le pesage ont la préservation du réseau routier en dénominateur commun.

Le ministre a demandé à tous les acteurs concernés par les routes de s’impliquer afin de faciliter l’application de cette mesure. « Le bon entretien des routes implique autant l’État que la collectivité et le citoyen, car tous profitent du service inestimable qu’il rend« , a dit le ministre.

Be COULIBALY

03 Juillet 2008