Partager

Une hausse salariale a été proposée par le groupe Lonmin aux mineurs de Marikana (nord), la première en cinq semaines de conflit mais très inférieure aux revendications. Les mineurs « ont rejeté l’offre » et manifesté leur « déception », a indiqué la chaîne eNCA, en direct de la colline servant de lieu de rassemblement aux grévistes. « L’optimisme est retombé », selon la chaîne dont le reporter affirme que les grévistes maintiennent leur mot d’ordre de « 12.500 rands ou rien » et projettent maintenant de porter leurs doléances devant le gouvernement et d’aller manifester à Pretoria. « Les salariés disent qu’on leur a proposé 986 rands (95 euros) de hausse et que ce n’est pas suffisant », a tweeté une journaliste d’EWN sur place. La hausse proposée porterait le salaire mensuel des mineurs au plus bas de l’échelon à 5.500 rands (550 euros environ). Le groupe britannique Lonmin, dont la mine est au cœur du plus violents conflits sociaux de ces dernières années en Afrique du Sud, a présenté son offre jeudi soir. Le groupe n’en a pas révélé la teneur. L’évêque Jo Seoka, l’un des médiateurs, a toutefois indiqué à l’AFP que « ce n’est pas ce qu’ils avaient espéré », en référence aux 12.500 rands (1.200 euros) réclamés par les grévistes depuis le 10 août. AFP