Partager

Après deux jours de conclave à Bouaké, les délégués généraux des Forces Nouvelles ont demandé mardi à Guillaume Soro de quitter son poste de Premier ministre. Les délégués ne critiquent pas son bilan, bien au contraire, mais, selon eux, le secrétaire général de l’ex-rébellion doit démissionner pour ne pas être « comptable » de la « manoeuvre machiavélique » du FPI. Pour les FN, le parti présidentiel fait tout pour empêcher l’organisation d’élections, car il est minoritaire sur l’échiquier politique national. Dans l’entourage du Premier ministre, on affirme que Guillaume Soro reste à son poste. Depuis le début du mois d’avril, les Etats-Unis puis la France ont mis la pression sur les autorités ivoiriennes pour que le scrutin tant attendu se tienne avant la fin de l’année 2009. En laissant les Forces nouvelles exprimer leur mécontentement devant le peu d’empressement du FPI (Front populaire ivoirien) pour aller aux élections, Guillaume Soro vient en fait d’envoyer le message suivant au camp présidentiel : n’entravez pas mon travail, car je ne tiens pas à être tenu responsable d’un nouveau retard électoral. (Rfi)