Partager

Les fils du président égyptien déchu Hosni Moubarak étaient de nouveau jugés lundi pour corruption, après avoir été acquittés par un tribunal lors d’un précédent procès. Le président Moubarak a été condamné le 2 juin à la prison à vie pour la mort de manifestants durant la révolte qui l’a renversé en 2011. La répression de cette révolte a fait officiellement environ 850 morts.Âgé de 84 ans, il était le premier des dirigeants emportés par le « Printemps arabe » à comparaître en personne devant un juge. Six anciens hauts responsables de la police ont été acquittés. Gamal, 48 ans, à la tête du puissant comité politique du parti au pouvoir sous le régime Moubarak, était pressenti pour succéder à son père, ce qui a alimenté la colère ayant conduit à l’éclatement de la révolte de janvier-février 2011 et au départ de M. Moubarak. Alaa, l’aîné, se tenait à l’écart de la politique mais avait, selon les rumeurs, amassé une fortune grâce aux réseaux de son père. AFP.