Partager

Pendant que le Président du Sénégal indiquait que le Président déchu était réfugié dans son ambassade a Bamako, d’autres sources l’avait donnée en partance pour la Cote d’Ivoire. Allasane Ouattara, Président de la Cdeao, victime lui aussi des entourloupettes de Att, n’aurait pas souhaité l’Héberger. Alors le vol de Royal air Maroc qui le transportait aurait été dérouté sur Dakar.

Il fallait l’accord du nouveau Président du Sénégal pour qu’il soit accueilli par le Sénégal. Macky Sall a donné son accord. Ce qui est troublant, c’est que au moment où de Paris, le Président du Sénégal disait qu’Att se trouvait dans la résidence de l’ambassadeur du Sénégal au Mali, il se serait trouvé déjà a Dakar selon d’autres sources. La confusion est évidente.

Et pourtant, après avoir remis sa démission, Att recevait sans entrave ses parents dans une résidence située à l’Aci 2000. Ces petits enfants et les enfants des frères de Lobo, son épouse, l’ont rendu visite ainsi que des amis proches. Certains en revenaient le cœur plein de tristesse parce qu’ils ont vécu la splendeur et la déchéance du couple présidentiel. La première dame aurait blanchi prématurément et perdu toute sa prestance et l’aura que confèrent les maquillages quotidiens. Mais elle veillait dans la dignité sur Att, son ex Président de mari, malade, affaibli et hyper stressé par sa condition d’ancien épouvantail, qui détale et se cache au moindre coup de semonce. Le sort que le destin lui a réservé parait terrible, mais il est tombé sans être trahi par ses fidèles. On ne peut pas en dire autant de lui vis a vis de Moussa Traore qui le qualifia d’officier félon et vis a vis de tous ceux qui ont été victime de sa gouvernance auxquels il rappelle que l’on ne peut gouverner sans nuire.

En Général flairant les situations grosses de menaces, notamment la chasse à l’homme déclenchée par le comite militaire, par déformation professionnelle, Att aurait décidé de trouver refuge dans une ambassade, couverte par l’immunité de résidence et s’est heurté a plusieurs refus lorsqu’il voulut y déposer ses baluchons. Il oublia la règle selon laquelle les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Exilé dans son propre pays, Att s’est souvenu que le Sénégal est le refuge idéal d’anciens présidents déchus. Il frappa à la porte de l’ambassade du Sénégal, elle lui fut ouverte et il y déposa ses baluchons.

Comme lui, Ahmadou Ahidjo du Cameroun, Hissen Habré du Tchad ont tous été accueilli dans le pays de la Teranga. Ahmadou Ahidjo est mort et enterré à Dakar et Hissen Habré, malgré les pressions de la communauté internationale, n’a jamais été extradé du Sénégal. Il épousa d’autres femmes Sénégalaises pour consolider ses racines et fréquente assidument les puissantes confréries religieuses. Ce sont elles qui le protège.

Si le général Att, arrive à se frayer un chemin jusqu’à Dakar, il sera heureux de retrouver une hospitalité que son propre pays ne peut plus lui offrir. «Personne ne sait ce que la prochaine aurore nous réserve».

Birama FALL

Le Prétoire du 20 Avril 2012