Partager

L’aide internationale arrive progressivement à Brazzaville où le bilan des explosions dimanche dans un dépôt de munitions a été réévalué à près de 200 morts, 1.340 blessés et 5.000 sans-abri par les autorités qui ont décrété un deuil national de plusieurs jours. Un deuil national a été décrété ce mardi « jusqu’à la date officielle des obsèques qui sera communiquée ultérieurement », a déclaré le ministre de la communication Bienvenu Okiemy à la télévision nationale. Les États-Unis, Israël, la Belgique doivent envoyer du matériel ou des équipes médicales, et le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a assuré le Congo de la coopération de l’ONU. Les opérations de déminage du dépôt de munitions qui a explosé dimanche, dans une caserne de blindés dans l’est de la capitale, devait débuter mardi, après que les pompiers congolais sont parvenus à maîtriser lundi les deux derniers foyers d’incendie. « Pour l’instant, on ne peut pas affirmer qu’un deuxième dépôt de munitions, distant d’une centaine de mètres, ne représente plus de danger,” a cependant estimé le colonel Jean-Robert Obargui, porte-parole du ministère de la Défense. AFP.