Partager

Les épouses des bérets rouges ont tenu mercredi après-midi une rencontre au camp para de Djicoroni avec des leaders religieux. Elles ont déclaré que ce conflit entre les frères d’arme qui n’a que trop duré freine la libération du Nord.

Après une marche de protestation, les épouses des bérets rouges avaient décidé de marcher nues pendant le mois de ramadan. Cette initiative a été annulée suite aux interventions des religieux et chefs de quartiers de Djicoroni-Para qui ont promis aux femmes d’intervenir auprès des autorités pour mettre fin au conflit entre les bérets rouges et leurs frères d’arme permettant la libération des militaires détenus.

Comme la médiation engagée par des religieux et chefs de quartiers tarde à donner des résultats, les épouses des commandos parachutistes ont convoqué le mercredi 12 septembre au camp para, la rencontre où elles ont exposé une fois de plus leurs problèmes qui s’empirent de jour en jour. Des leaders religieux dont l’imam de Djicoroni-Para Abdoulayebougou, Baba Tienta étaient présents.

« Ils ont muté nos maris en leur demandant d’aller prendre leurs salaires là où ils ont été mutés. Depuis deux mois, ils n’ont pas de salaire. Ce problème n’est pas fini. De nombreuses personnes sont toujours enfermées. Jusque-là nos maris n’ont pas commencé à travailler. Nous voulons que ce conflit prenne fin pour qu’on puisse libérer le Nord », a plaidé une femme.

« Nous avons faim, nous avons soif. Les camps de Djicoroni-Para et Koulouba souffrent. On nous a privés de nourriture et nos maris de salaires depuis deux mois. Aucune autorité n’a intervenu. Pourquoi un tel mépris de l’armée et de l’autorité malienne envers le régiment des commandos parachutistes ? », a interrogé une autre.

Pour Y. D., un commando parachutiste, il est temps de mettre fin à ce conflit au sein de l’armée. « Nous voulons qu’on mette fin à ce conflit. Qu’on nous donne nos salaires et notre ration pour qu’on puisse aller libérer le Nord. Nous les commandos nous avons honte de voir notre territoire occupé alors que nous sommes ici. On peut organiser un ballon militaire entre tous les corps de l’armée pour mettre fin à ce conflit. Après nous irons au nord », a-t-il suggéré.

Au cours du meeting, les femmes ont lu une déclaration dans laquelle elles ont regretté que c’est ce conflit entre les frères d’arme qui bloque ou freine la guerre contre les bandits armés qui occupent le Nord. « Qu’en est-il pour la réconciliation et la libération de nos maris ? Pourquoi la libération des détenus reste sans suite ? Nous disons non et non aux mutations », ont-elles déclamé.

L’imam Baba Tienta a assuré qu’ils ont commencé la médiation. « Nous rencontrons couramment les autorités sur le sujet ». Il a invité les femmes à la patience. Pour lui, personne n’a intérêt à ce conflit perdure, pas même les autorités. Les femmes ont promis de rester derrière les médiateurs.

Sidiki Doumbia

15 Septembre 2012