Partager

riz1.jpg
Très attaché à la réussite de l’opération, le ministre de l’Agriculture Tiémoko Sangaré a visité mercredi dernier les entrepôts de Toguna, la société qui a obtenu le marché d’approvisionnement des producteurs en engrais et qui a conclu un accord avec le système bancaire pour faire venir la quantité indiquée dans le marché.

L’acheminement des engrais vers les zones de production a commencé depuis le week-end dernier.

Tiémoko Sangaré a assuré que 21 localités ont été déjà approvisionnées en engrais DAP à hauteur de 60%. « Tous les jours, ce sont 30 à 35 camions qui acheminent l’engrais sur le terrain. Avec ce rythme, l’opération sera bouclée en temps opportun.

Je viens de discuter avec les fournisseurs, ils m’ont confirmé que d’ici une dizaine de jours, les producteurs auront l’engrais DAP communément appelé le Gnéléni. En ce qui concerne l’urée (une autre variété d’engrais), toute la quantité nécessaire sera acheminée sur le terrain vers la fin du mois« , a-t-il dit.

Pour les organisations paysannes éligibles, le ministre a assuré que l’approvisionnement en engrais a atteint 80% des besoins pour les contrats signés à l’Office du Niger à la date du 5 juillet. Il est de 100% dans les zones Office riz de Ségou, au Programme de développement intégré en aval du barrage de Manantali (PDIAM), au Programme de développement rural intégré de Kita (PDRIK) et à l’Office du développement rural de Sélingué (ODR).

En ce qui concerne les zones non éligibles et les zones DRA (directions régionales agricoles) où les besoins en engrais sont estimés à 26 965 tonnes, le ministre de l’Agriculture a indiqué que 8 500 tonnes sont entrain d’être acheminées.

L’engrais subventionné dans le cadre de l’Initiative riz sera vendu au prix de 12 000 F cfa le sac. A propos, le ministre a fait une mise en garde contre toute tentative de spéculation sur le terrain.

« Le gouvernement a subventionné l’engrais pour que le producteur paye le sac à 12 000 F cfa, explique-t-il. Les consignes ont été données à tous les niveaux pour que le sac d’engrais soit cédé à ce prix. La spéculation sur l’engrais subventionné n’est cependant pas à écarter, c’est pourquoi au niveau du département nous avons mis en place un dispositif d’encadrement pour éviter ce type de dérive ».

Par rapport à la question des semences, le ministre de l’Agriculture assure qu’il n’y a pas un problème général, mais un manque de semences Nérica destinées aux superficies exploitables dans les régions de Kayes, Koulikoro et Sikasso. Ce qui occasionnera une baisse prévisionnelle de 3% de la production attendue. « Ce manque pourrait être rattrapé au cours de la contre-saison. Et n’affecte donc en rien le déroulement de la campagne« , a assuré le ministre de l’Agriculture.

Tiémoko Sangaré se dit optimiste quant à la réussite de l’Initiative riz. « Nous croyons à la réussite de cette opération. À chacun de jouer sa partition. C’est pourquoi je demande à tous les Maliens d’accompagner les acteurs de l’agriculture pour faire en sorte que l’opération réussisse« , a-t-il lancé.

M. KÉITA

11 Juillet 2008