Partager

L’Association des écoles privée agréées du Mali (AEPAM) dans une correspondance en date du 11 mars 2008, adressée au ministre de l’Enseignement secondaire, supérieur et de la recherche scientifique, menace de suspendre les cours à partir du 31 mars prochain jusqu’au paiement intégral des frais scolaires des établissements membres.

En effet, suite à une réunion, le vendredi 7 mars 2008, relative à l’examen de préparation des diverses décisions portant orientation, réorganisation et le transfert des nouveaux titulaires du DEF, passages et redoublements, régularisation des anciens élèves et de la décision portant attribution des frais scolaires et demi-bourses entre le cabinet ministériel et les partenaires de l’école, le vendredi 14 mars est consacré au dépôt des listes des retardataires.

Après l’examen des listes, la signature des dernières décisions et leur diffusion sont prévues pour le vendredi 21 mars. Le laps de temps entre le lundi et le vendre 12 avril sera consacré au traitement et au contrôle par les promoteurs privés. Le traitement des décisions par la direction nationale et l’inspection de l’enseignement secondaire sont prévus du lundi 14 avril au vendredi 26 avril.

Enfin, la signature par le Secrétaire général du ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique et la diffusion sont programmées du lundi 21 avril au vendredi 26 avril prochain.

Face à la situation, l’Association des écoles privées agréées du Mali (AEPAM) estime que le contenu de la correspondance du ministre est en total déphasage avec l’arrêté ministériel en date du 20 mars 2008 fixant les taux des frais scolaires alloués aux établissements privés d’enseignement secondaire.

Ces taux, déterminés en fonction des filières de formation, sont fixés comme suit par élève: enseignement secondaire général 80 000 FCFA, CAP tertiaire 90 000 FCFA, CAP industrie et BT, tertiaire font chacun 110 000 FCFA, BT agro-pastoral, BT industrie et BAC technique font également chacun 135 000 FCFA.

Par conséquence, l’AEPAM prie le ministre Amadou Touré de bien vouloir insérer dans son calendrier proposé dans les limites dudit arrêté interministériel avec son seul objectif le maintien des bonnes relations partenariales.

En somme, pour montrer sa bonne foi et sa compréhension vis-à-vis des autorités du tutelle, l’AEPAM accorde 15 jours de délai supplémentaires au-delà de la date butoir de l’arrêté interministériel.

Ainsi, à partir du 31 mars prochain, elle menace de suspendre les cours dans toutes ses structures jusqu’au paiement intégral de la somme due.

A bon entendeur salut.

Ramata TEMBELY

13 Mars 2008.