Partager

Les dirigeants africains, réunis pour un sommet de l’Union Africaine (UA) à Addis Abeba, vont demander lundi que les procès devant la Cour pénale internationale du président kényan Uhuru Kenyatta et de son vice-président William Ruto soient confiés à la justice kényane. « Nous allons approuver ce matin ce que les ministres ont proposé, c’est certain, » a déclaré le commissaire à la Paix et la Sécurité de l’UA, Ramtane Lamamra, à des journalistes, en référence à une résolution en ce sens adoptée jeudi par les ministres des Affaires étrangères de l’UA. MM. Kenyatta et Ruto, élus en mars à la tête de leur pays, sont poursuivis par la CPI pour leur rôle présumé dans l’organisation des violences qui avaient suivi le précédent scrutin présidentiel au Kenya, en décembre 2007. Ces violences, déclenchées par la réélection contestée du président sortant Mwai Kibaki et qui s’étaient rapidement muées en affrontements communautaires, avaient fait plus de 1.000 morts et des centaines de milliers de déplacés en quelques semaines. La CPI accuse plus spécifiquement MM. Kenyatta et Ruto, alors dans deux camps opposés, d’avoir en large partie orchestré et financé les vagues d’attaques et de représailles entre communautés rivales. Le procès d’Uhuru Kenyatta doit commencer le 9 juillet à La Haye, siège de la CPI. Celui de William Ruto aurait dû débuter ce mardi, mais a été reporté sine die début mai. AFP