Partager

Le comité parlementaire kényan chargé d’enquêter sur l’attaque meurtrière du centre commercial Westgate de Nairobi devait entamer mardi ses travaux, pendant que les accusations de pillage contre les militaires kényans se multiplient. Les enquêteurs, selon des propos rapportés pare le député Dalmas Otieno, qui participe à l’enquête, espéraient retrouver les cadavres de jusqu’à cinq assaillants dans les décombres de la partie arrière du bâtiment, théâtre d’un intense incendie durant le siège et qui s’est ensuite effondrée, mais ne pensaient pas y trouver de cadavres d’éventuels otages. L’enquête parlementaire devra notamment se pencher sur les éventuels manquements des diverses forces de sécurité à prévenir l’attaque, puis leurs rôles pendant et à l’issue du siège, selon le président de la commission de la Défense, Ndungu Gethenji.Les forces d’élite de l’armée kényane, qui ont mené – entre samedi en fin d’après-midi et mardi soir, fin officiellement annoncée du siège – les opérations contre les assaillants, sont notamment accusées de s’être livrées à des pillages systématiques des magasins du centre commercial.Le ministre kényan de l’Intérieur, Joseph ole Lenku, a implicitement admis l’existence de pillages, disant « prendre très au sérieux » les accusations en ce sens, tout en tentant de minimiser leur étendue. AFP.