Partager

Les députés du Somaliland ont adopté, pour la première fois de l’histoire de cette République autoproclamée, une loi punissant les auteurs de viols, saluée comme « une victoire pour les femmes » dans ce territoire musulman conservateur, a-t-on appris mardi soir auprès d’un député. « Cette loi est la plus utile jamais adoptée au Somaliland », a déclaré à l’AFP le député Mahdi Buba. En raison de la sensibilité du sujet, il aura fallu sept ans de discussions avant que la loi soit finalement adoptée lundi à Hargeisa, capitale de ce territoire ayant déclaré en 1991 son indépendance du reste de la Somalie, État défaillant dont il se distingue par sa stabilité. Quarante-six des 51 députés présents à la chambre basse du Parlement ont voté en faveur du texte, qui devra être approuvé par la chambre des « Ainés » (chambre haute) puis signée par le président pour entrer en vigueur. « La tradition locale récompensait le violeur », a souligné M. Buba, rappelant que la victime d’un viol est souvent forcée à épouser son agresseur, principalement en raison de pressions de la part des chefs coutumiers et de sa famille, qui souhaite éviter une humiliation publique et sait qu’il est quasi impossible de trouver un autre mari à une femme ayant été violée. « Mais avec cette loi, un violeur sera sévèrement puni », avec une peine pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison, a-t-il conclu. La ministre somalilandaise des Affaires sociales Hinda Gani a de son côté salué une « victoire pour les femmes »: « C’est vraiment historique et j’espère vraiment que la chambre haute va l’adopter rapidement ».AFP